Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Urial
Serenissimus augustus a Deo coronatus magnus pacificus imperator
Messages : 11746
Enregistré le : mer. août 10, 2005 1:18 pm
Meilleur jeu 2008 : HOI2
Meilleur jeu 2009 : Blood Bowl
Meilleur jeu 2010 : Victoria II
Meilleur jeu 2011 : Civ V
Localisation : Gif sur yvette (91)
Contact :

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Urial »

tout le bleu au frontiere sud est de la france non ?
Patron du BIG, la chaine youtube qui vous veux du mal !
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Waip, le territoire en bleu clair au sud est de la carte, coincée entre la France et la Lombardie :)
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Chapitre V: Règne écourté (1086-1089)

Par la suite, plus de grands événements virent troubler le règne d'Eudes Ier. Il se consacra désormais quasi-exclusivement aux affaires internes. Il fit une dernière expédition militaires en 1088 pour récupérer le comté de Jülich des mains du comte de Penthièvre, qui l'avait lui-même arraché des mains du "roi" de Germanie. Les 2000 bretons détalent avant même que le détachement de 8000 liégeois n'arrive :chicos: Une fois la paix conclue, il accorde le titre à un de ses courtisans, Richard de Brionne.

Image

Entretemps, les troubles se sont achevés en France par la reprise du Duché d'Aquitaine. Puis vint le coming-out de son troisième fils, Richard. En plus d'être aveugle, il révèle à son père qu'il est attiré par les autres garçons :shock: Le père aimant son fils, il ne lui envoie pas les autorités ecclésiastiques aux fesses mais lui passe un savon sévère et lui affirme qu'il peut toujours aller se faire voir pour obtenir un territoire si ce n'est pas pour y avoir un héritier à qui passer le titre :siffle:

Image

Tout ces événements, à l'instar de son défunt père, a affaibli le Duc. Il approche de la quarantaine stressé et épuisé, mais le sort en voudra autrement. Le 30 Novembre 1089, lors d'un banquet avec le Duc de Flandre, il consomme de la viande avariée qui lui fit rendre l'âme quelques jours plus tard par empoisonnement. Eudes Ier décède à l'âge prématuré de 39 ans :sad:

Image

Le nouveau duc, Robert Ier de Vermandois, profère mille jurons sur la famille de Flandre qu'il accuse d'avoir assassiné son père et les chasse hors du Luxembourg. Il se rend quelques jours plus tard à l'église où il est intronisé. Son père lui a laissé un duché renforcé avec lequel il compte encore accroître la puissance...

Image
Modifié en dernier par Locke le jeu. janv. 28, 2010 2:08 am, modifié 1 fois.
Coelio
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Messages : 5462
Enregistré le : mar. août 17, 2004 7:47 pm
Meilleur jeu 2008 : Le Trone de Fer online
Meilleur jeu 2009 : Le Trone de Fer online
Localisation : Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Coelio »

Très intéressant :)

Deux petites remarques :
- Entre ton AAR et celui de Thrawn, je note un très grand nombre de morts "poisoned", ce qui, si j'ai bonne mémoire, n'existe pas dans DV (ou alors je ne l'ai jamais eu). Votre mod a l'air d'être assez branché poisons, peut-être un peu trop même ? (On n'est pas chez les Borgia...)
- Le fils homosexuel, au contraire, je lui confierais volontiers un comté : au moins il ne va pas se marier avec n'importe qui, et le comté reviendra à ton ruler tot ou tard, et tu pourras le redistribuer (un peu comme quand tu laisses une fille célibataire pour lui refiler un titre, ce que j'aime beaucoup). En revanche le trait homosexuel a t-il d'autres conséquences que le célibat et l'infertilité (perte de piété, je le crains ?)
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

A mon avis les events d'empoisonnement doivent jouer sur les rivalités des personnages, mais c'est assez rare au final. Dans une autre partie avec Byzance je n'ai eu qu'une seule mort par empoisonnement sur 60 ans :confus:

L'homosexualité rend infertile + perte de prestige et de piété + super mal vu (il me semble) :ko:
SeNTEnZa
Chasseur de Primes
Messages : 14508
Enregistré le : mer. août 18, 2004 2:25 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par SeNTEnZa »

risque d'excomunication, donc claim sur le comté qui lui est confié ne coute rien.
GA_Thrawn
Calimero
Calimero
Messages : 16844
Enregistré le : mar. août 09, 2005 7:49 pm
Localisation : De retour dans le sud

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par GA_Thrawn »

Coelio a écrit :Très intéressant :)

Deux petites remarques :
- Entre ton AAR et celui de Thrawn, je note un très grand nombre de morts "poisoned", ce qui, si j'ai bonne mémoire, n'existe pas dans DV (ou alors je ne l'ai jamais eu). Votre mod a l'air d'être assez branché poisons, peut-être un peu trop même ? (On n'est pas chez les Borgia...)
Même remarque que Locke je joue depuis 50 ans et j'ai eu un seul empoisonnement. Rien de démentiel donc. :wink:
« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »
Marc Bloch
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Chapitre VI: La Renaissance des Carolingiens (1089-1092)

Image

Robert Ier n'a que 22 ans lorsqu'il monte sur le trône, mais il présente des qualités exceptionnelles pour sa jeunesse: Fin diplomate et gestionnaire comme fine lame, c'est aussi un homme de confiance et d'une grande valeur au combat. On peut regretter cependant son scepticisme envers l'Église et son caractère colérique acquis suite à l'assassinat de son père. Comme le veut la tradition, il remet à son héritier Roger le comté du Vermandois lors de son sacre :)

A peine deux mois après son intronisation, il fait appel à l'host pour vassaliser le comte du Palatinat. Les quelques milliers de soldats germains sont rapidement battus et le comte Hermann se soumet bientôt à son gendre.

Image

Le Duc a entretemps accumulé une fortune grande fortune héritée de son père et de sa femme. Il finance la construction d'un nouveau château à Liège pour 1,5 millions de livres peu après son retour du Palatinat. L'expansion du Duché semble maintenant limitée: Les comtés voisins refusent d'être vassalisés et il n'y a quasiment aucun titre auquel Robert Ier peut prétendre. Il ne lui reste alors que deux options: Attendre une opportunité... Ou briser son serment de vassalité. Élevé par son père dans la haine du vil Capétien n'ayant aucune légitimité sur le trône, il décida d'ébaucher, des mois durant, le plan qui amènerait le Duché du Luxembourg à devenir indépendant. Au printemps 1091, la loyauté de Robert Ier ne tient qu'à un fil, celui de la paix...

Image

La campagne d'indépendance Luxembourgeoise:

Il fallait une guerre au sein même du royaume des Francs pour pouvoir espérer s'en séparer. Et ce souhait fut exaucé à l'automne 1091, quand le duché de Bourbon se déclare indépendant et fait mobiliser l'armée franque. Robert Ier convoque le ban et l'arrière ban puis fait marcher ses troupes en direction des Flandres. 40.000 luxembourgeois entrent en guerre et mettent immédiatement à sac toutes les grandes villes de Flandre ! En Décembre, le porc Arnulf renonce à son titre et est forcé de le remettre à Robert Ier, ainsi que les terres du Hainaut. La vengeance pour l'assassinat du père est accomplie et trois vassaux se soumettent: les comtés d'Ypres, de Guignes et d'Artois :twisted:

Il faut maintenant contrer les troupes du Duc de Bourgogne, qui leva son armée à la demande de Philippe Capet, et prendre Paris et Orléans tant que nous disposons de la supériorité numérique. Si les troupes franques stationnées dans la région du Bourbon rappliquent, nous seront condamnés. 10.000 hommes convergent donc vers Paris, et 10.000 autres vers Orléans. Les troupes bourguignonnes, éparpillées, n'offrent de véritable résistance que dans les plaines proches de la capitale, où Robert Ier vainc 4.000 francs et commence à mettre le siège, tandis que la deuxième armée approche à grands pas d'Orléans.

Las ! Une missive parvient à la tente du souverain lors des premières neiges de Janvier 1092: Le Duc de Basse-Lorraine nous déclare la guerre ! :evil: La situation se complique, il nous faut signer la paix avec Capet ! Une paix blanche est proposée, et elle est miraculeusement acceptée le 2 Février :shock: Le Luxembourg est indépendant ! :D Il n'y a plus qu'à écraser le petit duc germain durant le printemps, et la paix est signée en échange du titre de Duc du Brabant pour notre suzerain :twisted:

Mais Robert Ier n'en reste pas là. Il décide de réclamer, au nom de son ascendance commune avec les Carolingiens de Francie Orientale, le titre de Roi de Germanie à Henri IV. Celui-ci n'a plus que quelques provinces sous son contrôle et deux vassaux: les comtés de Nassau et de Aargau. Il n'y a même pas 5.000 hommes mobilisables pour défendre ces quelques arpents de terre. Quant 20.000 luxembourgeois prennent d'assaut Cologne durant l'été, il n'y aura qu'un millier de soldats pour protéger la ville. En Septembre tombent les deux dernières provinces impériales: la Thuringe et Laüsitz. La paix est signée le 24 Octobre et le titre de roi de Germanie ainsi que la région de Cologne sont cédées à Robert de Vermandois...

Image

Hiver 1091: Prise des Flandres, Batailles de Paris et d'Orléans
Printemps 1092: Mise à sac du Duché de Basse-Lorraine
Été/Automne 1092: Mise à sac du domaine impérial

...Et le 6 Novembre, Robert Ier se rend à la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle et s'y fait couronner Roi de Francie orientale, 181 ans après la mort du dernier roi carolingien, Louis IV l'Enfant. La cérémonie réunit l'ensemble de la famille des Vermandois et tous les vassaux du royaume. Les Carolingiens ont retrouvé le trône de Charlemagne ! Longue vie à Robert Ier de Germanie ! Que Dieu le bénisse, lui et ses descendants ! :clap:

Image
Modifié en dernier par Locke le jeu. janv. 28, 2010 2:08 am, modifié 1 fois.
Coelio
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Messages : 5462
Enregistré le : mar. août 17, 2004 7:47 pm
Meilleur jeu 2008 : Le Trone de Fer online
Meilleur jeu 2009 : Le Trone de Fer online
Localisation : Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Coelio »

Bravo !
GA_Thrawn
Calimero
Calimero
Messages : 16844
Enregistré le : mar. août 09, 2005 7:49 pm
Localisation : De retour dans le sud

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par GA_Thrawn »

Longue vie à Robert I! :clap:
« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »
Marc Bloch
Avatar du membre
Emp_Palpatine
Eco-Citoyen
Eco-Citoyen
Messages : 17784
Enregistré le : sam. août 21, 2004 12:37 pm
Localisation : Le XIXème (Siècle, pas arrondissement)

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Emp_Palpatine »

Allez, le thrône de France maintenant. :o:
Vous pensez tous que César est un con? Vous pensez que le consul et son conseiller sont des cons? Que la police et l'armée sont des cons? Et vous pensez qu'y vous prennent pour des cons? Et vous avez raison, mais eux aussi! Parce que depuis le temps qu'y vous prennent pour des cons, avouez que vous êtes vraiment des cons. Alors puisqu'on est tous des cons et moi le premier, on va pas se battre.
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Il me faut d'abord éliminer la menace saxonne au nord, ils m'ont chouré plusieurs vassaux potentiels :pascontent:
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Chapitre VII: Le Pachifisme ? C'est l'ennemi ! (1092-1105)

La puissance des Carolingiens restaurée, Robert Ier jette les fondations d'un état jeune et dont la puissance ne cessera de croître les années suivantes. Il a d'abord, peu avant son couronnement, signé un pacte avec le roi Sivard de Norvège. Bien que l'intérêt militaire d'une telle alliance soit relativement faible, il permet au moins à Robert Ier de disposer du soutien moral d'un grand royaume. :) Désormais, le nouveau roi s'attache à apporter la stabilité et les infrastructures nécessaires au royaume pour pouvoir supporter les conquêtes à venir. Les titres de Duc sont cédés aux vassaux les plus méritants: Le comte de Jülich devient Duc de Limburg et le comte d'Ypres, Duc de Flandres. Dans la décennie qui suit, Robert Ier développe le réseau de routes et construit châteaux et garnisons dans toutes les provinces. L'ost royal est en mesure de rassembler plus de 30.000 hommes, soit la moitié des forces totales du royaume. Les revenus mensuels approchent lentement mais surêment des 100.000 livres, bref, le royaume prospère ! :chicos:

Pour autant, la politique extérieure n'est pas négligée et reste même très active. Le seul problème est qu'elle n'apporte aucun résultat :? Toutes les tentatives de vassalisation des comtés voisins échouent lamentablement. Pire, ils se rapprochent davantage du Duc de Saxe, qui n'a cessé de s'empiffrer d'arpents de terre depuis sa séparation du Saint-Empire :evil: Le roi finit par se lasser de ce pacifisme sans issue, et décide de légitimer le retour des Carolingiens par la campagne militaire. Le premier fut le Duc de Basse-Lorraine, le 2 Octobre 1096. 35.000 hommes sous la direction de Robert et de son connétable Humbert de Montmorency prennent les armes...

Image

La résistance en face est dérisoire. Le comté de Verdun, objet de casus belli, est annexé puis confié au comte de Metz, qui est fait Duc de Bar. Peu après, Nancy est assiégée. Cependant, un trouble-fête vint se mêler aux réjouissances quand un messager se présenta à la tente de son souverain:

"Messire, le vil roy des Francs nous déclare la guerre !"

:shock: Aux armes, fidèles vassaux, c'est un terrible ennemi que nous allons affronter ! :evil: Le méchant Philippe Capet et ses complices profitent de notre absence sur nos terres pour les assiéger !
Le ban est appelé, seule le comte de Loon refuse d'y répondre. Nous nous attendons à une longue guerre, les troupes triomphantes en Lorraine se préparent déja à marcher sur Paris et Orléans, mais au final... La France nous achète la paix quelques dizaines de milliers de livres sans le moindre combat quelques mois plus tard... :shock:

Robert Ier rentre au pays mi-1097 sans comprendre pourquoi Philippe Ier a reculé ainsi :confus: (N'empêche que ça reste une victoire :lolmdr: ) Il punit la déloyauté du comte de Loon et remet ses terres au duc de Limburg. Par la suite, le 16 Août 1098, le Pape appelle la chrétienté à la croisade pour délivrer Jérusalem. Robert Ier sortant à peine de guerre ne compte pas y prendre part tout de suite, ce qui visiblement n'est pas au goût du Pape... :goutte:

Image

Robert Ier décide de faire pénitence et de léguer une large part du trésor royal à l'Église plutôt que de risquer l'excommunication, le royaume n'aurait alors pas tardé à exploser tel celui d'Henri IV :? Cependant maintenant que le roi dispose du soutien du Pape, il peut reprendre en toute sérénité ses campagnes militaires. Ainsi, il conquit le duché de Haute-Lorraine en 1102 puis vassalise l'archevêché de Mainz la même année et nomme le comte de Pfalz, son beau-frère, Duc du Palatinat. En 1104, il vassalise le Duc de Hollande après une courte campagne militaire. Sa principale préoccupation est maintenant la Saxe, qui a vassalisé plusieurs comtés à l'est du Main ainsi que l'Alsace. Il y a aussi la question du Brabant franc, cette enclave capétienne apparaissant comme un abcès sur le territoire carolingien...

Image

Robert Ier est aussi inquiet pour sa succession: Son fils aîné, Roger, s'est gravement blessé suite à une chute de cheval et a dû être amputé d'une jambe. Il est terriblement affaibli et la moindre maladie risque de l'emporter. Fort heureusement, il a eu un fils avec Clémence d'Avranches: Charles de Vermandois. Mais si le royaume devait directement passer de lui à son petit-fils, Robert Ier vivra t-il suffisamment longtemps pour qu'il termine son éducation ? Confier le royaume à un marmot risque de réveiller la soif de pouvoir des vassaux... :?
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Chapitre VIII: La défaite de l'usurpateur (1105)

Image

Le 11 Juin 1105, les illégitimes Robertiens nous déclarent à nouveau la guerre ! Philippe Capet est conscient de la puissance grandissante du royaume carolingien et décide de frapper avant qu'il ne soit trop tard. Malheureusement pour lui, il aurait dû le faire lors de la précédente guerre. Son ost et ceux de ses vassaux ont été entamés lors des dernières conflits, et il ne dispose que de 45.000 hommes dispersés sur un vaste territoire, alors que le royaume de Germanie peut mobiliser 60.000 hommes, dont 38.000 dans le domaine royal. En outre, Robert Ier peut confier sans crainte la direction des opérations à son fils bâtard, Robert, jeune génie du champ de bataille (21 en martial :twisted: ), et son frère Richard. L'armée royale est rapidement rassemblée pendant que des messagers convoquent les vassaux.

Image

Les Carolingiens prennent l'initiative avec une rapidité époustouflante: Paris, Sens et Orléans sont assiégées et prises durant l'été et les armées vassales viennent prêter main-forte à la force principale. L'armée principale de Philippe Capet, qui comptait 6.000 hommes et s'était rassemblée à Orléans, se replie sur Blois et rassemble 3.000 hommes de plus. Le reste des forces capétiennes est éparpillé dans le sud et peine à se rassembler. Robert Ier profite de la confusion pour marcher sur l'Anjou, tandis que le connétable Robert se dirige vers Bordeaux et l'Armagnac, derniers bastions du domaine royal capétien. Entretemps, les armées du Duc de Limburg et du Duc de Flandres occupent l'enclave du Brabant français. Le comte de Bruges accepte la vassalisation en échange du titre de Duc du Brabant. Seule ombre au tableau, Richard de Vermandois meurt alors qu'il repoussait un assaut français sur Paris :(

Robert Ier s'apprête à mener une bataille décisive contre Philippe Ier à Blois. 13.000 germains font face à 9.000 francs le 23 Septembre. En quelques heures, l'armée capétienne se disloque et les vassaux de Philippe font défection sous les assauts acharnés de Robert, la victoire est totale et la porte vers l'Anjou ouverte ! :D

Image

La bataille de Blois.

Image

Cependant l'idée d'une victoire totale et humiliante pour les Capets s'évanouit rapidement. le connétable de Vermandois fait face à de nombreuses désertions, tandis que le roi lui-même se blesse sévèrement lors de sa marche sur l'Anjou. Il est fatigué et ne peut plus commander ses hommes. On lui fait alors parvenir la nouvelle de la mort de son fils aîné, Hugues, emporté par la maladie à 20 ans. Le pire est arrivé, il faut signer la paix de toute urgence. Le 28 Octobre, il rencontre Philippe Capet à Angers et signe un armistice contre 150.000 livres d'indemnités. Une somme dérisoire vu les efforts déployés. :? L'armée germanique rentre en ses terres, le roi doit commencer à préparer la succession...
Avatar du membre
Locke
Gros Ping
Messages : 3479
Enregistré le : sam. mai 24, 2008 4:34 pm

Re: Chroniques du Pagus Viromandensis [AAR en Page 2]

Message par Locke »

Chapitre IX: Les temps troublés de l'enfant-roi (1105-1122)

Les campagnes et la mort de Roger ont grandement affaibli la santé de Robert Ier, qui se sent plus vulnérable. Il confie dès son retour l'éducation de son successeur Charles, 3 ans, au connétable Robert le Bâtard. Un parti opposé à la transmission de la couronne au petit-fils de Robert Ier s'est formé à la cour, avec à sa tête son deuxième fils, Hugues, un ambitieux deuxième dans l'ordre de succession du trône. La tension est palpable et de nombreux complots sont ourdit. Finalement, le connétable décapitera le parti hugueniste en tuant froidement son demi-frère le 13 Février 1107.

Image

Cette agitation finit par faire sombrer le souverain dans la maladie. Il contracta la dysenterie à la fin du mois de mai 1108 et en décèdera le 12 Juin à l'âge de 41 ans. Le royaume est désormais sur les épaules de Charles IV le Jeune, mômelet de 5 ans. La régence est confiée à la reine Clémence d'Avranche, à Robert le Bâtard et à Aelsywth *nom gallois imprononçable* de Vermandois, chargée des affaires diplomatiques.

Image

Le mot d'ordre est clair: Faire taire les éventuelles rebellions au sein du royaume et digérer l'orgie de conquêtes de feu Robert Ier (un peu optimiste aussi de croire que la réputation rebooterait comme avec une monarchie élective :lolmdr: Je paye mon bourrinage :sad: ). Malheureusement, les comtes germains ne tarderont pas à manifester leur mécontentement. Les comtes de Nassau et d'Aargau ouvreront dès 1109 les hostilités en brisant leurs accords de vassalité. Par la suite, durant la décennie suivante, le duc de Brabant et le duc de Hollandre prendront aussi les armes, ainsi que le duc du Palatinat, qui occasionnera une grave crise interne en 1115 par sa sécession (trait "Realm Duress" jusqu'en 1117). Seule bonne nouvelle, les comtés de Leiningen et de Nordgau, vassaux saxons s'étant rebellés, ont été annexés par le Palatinat lors de sa courte période d'indépendance et sont donc retournés sous le giron carolingien après la campagne militaire de Robert le Bâtard, la rive est du Main est désormais totalement sous contrôle :D Seul le têtu Hasbourg d'Aargau continuera à se révolter jusqu'en 1118, date à laquelle le roi atteint enfin sa majorité et épouse une courtisane du nouveau pote écossais avec qui le royaume de Germanie à signé une alliance en 1110. L'heureuse élue est Dubcholaig O'Maar, 16 ans:

Image

Pour autant, la majorité du roi ne signifie pas le retour à une gueule de bois de conquêtes. Le conseil de régence attend qu'il ait terminé son éducation martiale avant de lui refiler les pleins pouvoirs. En 1122, alors que le roi approche de ses 20 ans, le conseil de Régence est dissout et le roi peut commencer à exercer pleinement ses fonctions. C'est un brillant chevalier admiré par ses soldats, très pieux et juste dans ses décisions. En revanche, il a l'éloquence d'une pantoufle et ne sait pas écrire ou parler en latin :roll:

Image

Charles IV a du pain sur la planche. En premier lieu, soumettre les saxons, qui en plus d'être le plus grand duché indépendant de Germanie, dispose d'avant-postes en Poméranie, puis commencer une campagne de reconquête vers l'est, dans le but d'atteindre l'Oder. Le royaume est riche et puissant, son armée grande et nombreuse, mais il faut toujours regarder d'un oeil méfiant la France de Philippe (70 balais, encore debout, un seul de ses enfants est encore vivant, son fils aîné et petit-fils ne lui ont pas survécu, c'est son arrière-petit-fils de 11 ans qui est son successeur :ko: )
Répondre

Retourner vers « AARs divers »