Le Quartier Général

Benzo.net 'canal historique'
Nous sommes actuellement le Ven Juil 20, 2018 8:00 am

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
MessagePublié: Dim Mars 18, 2018 2:42 pm 
Hors-ligne
Margrave de Brandebourg
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 8:29 pm
Messages: 15287
Localisation: Berlin
Ce qu'on ne ferait pas pour avoir un Habsbourg sur le trone :o:

_________________
AAR Pride of Nations: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe
AAR Twilight Struggle: Duel des superpuissances (vs. GA_Thrawn)
AAR Civilization VI: La république des philosophes
AAR Hearts of Iron IV : Valse Soviétique


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Lun Mars 19, 2018 4:55 pm 
Hors-ligne
Clavier en Or
Clavier en Or

Inscrit le: Mer Juil 16, 2014 7:17 pm
Messages: 120
super un cours d'histoires
dommage que l on ne puisse avoir comme dans CK2 un débarquement azteque :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Mar Mars 20, 2018 8:51 pm 
Hors-ligne
Gros Ping
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Mai 24, 2008 4:34 pm
Messages: 3295
Localisation: Lyon
Emp_Palpatine a écrit:
Est-ce avec un mod? Tu as une idée de comment seront gérées les relations avec le voisin du nord? :o:


Je joue avec l'Historical Project Mod, qui est une alternative intéressante au PDM/DBZ, plus proche des mécanismes de la vanilla tout en corrigeant les paradoxeries et en rajoutant des évènements de flavour appréciables.

En ce qui concerne la diplomatie avec les yankees et plus généralement la conduite générale du pays, je vais tâcher de simuler l'anarchie grotesque qui règne aux Mexique jusqu'à la branlée de 48 et la mise à l'écart du moustacho-dragoulesque Santa Anna, pour être un peu plus sérieux à partir des années 1850. L'AAR se voulant RP, ya de fortes chances que ce soit de grosses montagnes russes avec peu de cohérence politique et beaucoup d'hispanophones bruyants armés de fusils anglais désuets :o:

_________________
La pitié du bourreau consiste à frapper d'un coup sûr - Ernst Jünger
Il y a peu de guerres entre le bien et le mal, la plupart d'entre elles sont entre un bien et un autre bien - Yang Wen-li
Le problème des citations sur Internet, c'est qu'il est très difficile de savoir si elles sont authentiques - Abraham Lincoln


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Mar Mars 20, 2018 8:54 pm 
Hors-ligne
Eco-Citoyen
Eco-Citoyen
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Août 21, 2004 12:37 pm
Messages: 16401
Localisation: Le XIXème (Siècle, pas arrondissement)
J'ai essayé le HPM/HFM, beaucoup de bonnes idées d'events et autres, mais l'économie de la Vanilla je ne peux plus... :sad:

_________________
Vous pensez tous que César est un con? Vous pensez que le consul et son conseiller sont des cons? Que la police et l'armée sont des cons? Et vous pensez qu'y vous prennent pour des cons? Et vous avez raison, mais eux aussi! Parce que depuis le temps qu'y vous prennent pour des cons, avouez que vous êtes vraiment des cons. Alors puisqu'on est tous des cons et moi le premier, on va pas se battre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Mar Mars 20, 2018 8:56 pm 
Hors-ligne
Spiritus Rector
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun Déc 13, 2004 2:28 am
Messages: 9998
Localisation: Chez moi
Locke a écrit:
L'AAR se voulant RP, ya de fortes chances que ce soit de grosses montagnes russes avec peu de cohérence politique et beaucoup d'hispanophones bruyants armés de fusils anglais désuets :o:

    On s'y croirait déjà. :o: :ok:

_________________
[SC WWII: War in Europe] Darkest Hour
[SC WWII: War in Europe] Triumph des Willens


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Mer Mars 21, 2018 11:46 am 
Hors-ligne
Calimero
Calimero
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 09, 2005 7:49 pm
Messages: 16450
Localisation: De retour dans le sud
Emp_Palpatine a écrit:
J'ai essayé le HPM/HFM, beaucoup de bonnes idées d'events et autres, mais l'économie de la Vanilla je ne peux plus... :sad:


Il faudrait un mix des deux? :euh:

_________________
« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »
Marc Bloch


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Mer Mars 21, 2018 2:25 pm 
Hors-ligne
Eco-Citoyen
Eco-Citoyen
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Août 21, 2004 12:37 pm
Messages: 16401
Localisation: Le XIXème (Siècle, pas arrondissement)
Je m'étais penché sur la question... Beaucoup, beaucoup trop de boulot.

_________________
Vous pensez tous que César est un con? Vous pensez que le consul et son conseiller sont des cons? Que la police et l'armée sont des cons? Et vous pensez qu'y vous prennent pour des cons? Et vous avez raison, mais eux aussi! Parce que depuis le temps qu'y vous prennent pour des cons, avouez que vous êtes vraiment des cons. Alors puisqu'on est tous des cons et moi le premier, on va pas se battre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Dim Avr 15, 2018 5:48 pm 
Hors-ligne
Gros Ping
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Mai 24, 2008 4:34 pm
Messages: 3295
Localisation: Lyon
Introduction - De l'indépendance à la révolution texane (1821-1835)



Image

Figure 1 - Carte topographique du Mexique


En 1836, le Mexique fait face à la première crise de politique extérieure dans sa très jeune histoire. La situation intérieure n'est guère mieux. Depuis l'indépendance proclamée en 1821, il n'a toujours pas trouvé la stabilité politique nécessaire à l'enracinement de l'État¹. Le plan des Trois Garanties a jeté les bases d'un simili-commonwealth constitutionnel avec l'Espagne, mais le gros Ferdinand, en métropole, écarta l'option du revers de la main pour définitivement perdre la Nouvelle-Espagne. La Régence, dominée par les révolutionnaires Agustín Cosme Damián de Iturbide y Arámburu, José Miguel Ramón Adaucto Fernández y Félix dit Guadalupe Victoria et Vicente Ramón Guerrero Saldaña, pensa alors confier le trône à un cadet Bourbon. L'intransigeance du roi d'Espagne ferma à nouveau cette possibilité. Finalement en mars 1822, Iturbide se proclama empereur sous l'influence de ses conseillers. L'Empire mexicain était né.

Image

Figure 2 - Agustin de Iturbide, Guadalupe Victoria et Vincente Guerrero


Le régime n'a pas fait long feu. Mécontentant les républicains Victoria et Guerrero, Iturbide régna avec le faste ridicule d'un Napoléon de la pampa. Son autoritarisme déplu rapidement aux gouverneurs régionaux qui se coalisèrent autour des revendications du plan de Casa Mata, censé rétablir la république. Augustin Ier régna dix mois puis quitta le pays dix mois plus tard sans opposer la moindre résistance. Un pouvoir exécutif suprême (Supremo Poder Ejecutivo) dominé par Guadalupe Victoria, affublé de l'ex-compagnon d'Iturbide et tourne-casque Nicolás Bravo Rueda ainsi que de l'insignifiant Pedro Celestino Joseph Negrete y Falla, prend les rênes du pays. Le triumvirat accouche d'une constitution et d'une république que Victoria préside de 1824 à 1829.

L'on peut croire que la situation politique du Mexique se stabilise. Les premières élections du Congrès prouvent le contraire. Les forces politiques se polarisèrent entre conservantes proches des Trois Garanties et les liberales plus radicaux. Le résultat des suffrages donnent le conservateur Manuel Gómez Pedraza y Rodríguez gagnant, au grand mécontentement du libéral Vincente Guerrero. Celui-ci ne se fait pas prier pour mener un coup d'état, le plan de Perote, en avril 1828. Mal lui en prit, il fut lui-même renversé huit mois plus tard, après avoir été unanimement condamné par sa propre famille politique et ce jusqu'à Simon Bolivar. L'investigateur est Anastasio Bustamante y Oseguera, le premier président à ne pas être issu des leaders de l'indépendant mexicaine, qui décréta le plan de Japala.

Image


Figure 3 - Anastasio Bustamante


Bustamante, conservateur rigide, exerce un autoritarisme encore plus important que celui de Guerrero. Celui-ci voit d'ailleurs sa tête mise à prix. Il finit par être dénoncé et exécuté en 1831 après une résistance armée farouche. Les libéraux toujours plus déçus s'organisent autour d'un autre militaire, Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón, qui prend la tête d'une révolte armée à Veracruz en 1832. Bustamante quitte la capitale et laisse la présidence à l'un de ses souillons, Melchor de Eca y Múzquiz, mais se fit cuire un canard par les insurgés. Acculé, il accepte l'accord de Zavaleta en décembre 1832 qui replace Pedraza, le gagnant des élections de 1829, dans le fauteuil présidentiel. Pedraza n'est en vérité qu'un "placeholder" pour chauffer le siège au profit de Santa Anna. Il céda quelques mois plus tard.

Image

Figure 4 - Antonio Lopez de Santa Anna


Santa Anna, né en 1794, a d'abord servi dans les rangs de l'armée de Nouvelle-Espagne contre les chichimèques puis les insurgés. A la fin du conflit, il est contacté par Vincente Guerrero qui l'enjoint à rejoindre ses rangs. Il contribue à la prise de Veracruz et s'y fait son premier fait d'armes. Il rejoint l'empire d'Iturbide mais est déçu du manque de reconnaissance de son talent malgré un poste de lieutenant-général. Il soutient finalement les républicains, on lui offre en récompense la gouvernance du Yucatan puis de Veracruz. En 1829, une expédition espagnole arrive à Tampico dans un ultime sursaut pour restaurer son autorité. Il en triomphe et devient un héros national : On le surnomme désormais le Napoléon de l'Ouest. Tel un Cincinnatus, il se retire dans son hacienda et promets de ne plus revenir sauf si son pays à besoin de lui. Il se consacre alors à ses deux passions, les paris et les combats de coqs. Le coup de Bustamante le fait sortir de sa retraite. Acclamé commandant de la rébellion, il chasse le dictateur puis prend le pouvoir à l'invitation du Congrès.

Santa Anna est cependant ennuyé (ou effrayé selon ses détracteurs) par le pouvoir et se dérobe finalement pour l'offrir à son vice-président Valentín Gómez Farías, un puros (libéral radical) déterminé à réformer le pays et réduire l'influence de l'Eglise et de la classe foncière. Entre 1833 et 1834, il transforme radicalement le Mexique pendant que Santa Anna joue au président d'opérette. Les élites sont effrayées par Farias et souhaitent une suspension des réformes. Santa Anna, qui a finalement un instant de lucidité, constate l'ampleur des dégâts et organisa une remise au pas qui aboutit à l'exil de Farias et des libéraux, le rétablissement des prérogatives de l'Eglise et de l'armée, l'abrogation de la constitution de 1824 et la mise en place des Siete Leyes (Sept Lois) qui mettent fin au fédéralisme au profit d'une république centralisée dirigée depuis Mexico et organisée en départements à l'instar du modèle français. La nouvelle provoque la fureur dans plusieurs populations d'états périphériques, notamment au Coahuila y Tejas, dont la partie nord est majoritaire peuplée par des colons américains installés à la faveur des largesses économiques et politiques accordés par l'état mexicain. Les colons yankees, sous la houlette de Sam Houston, entrent en révolte ouverte à l'automne 1835. C'est le début de la révolution texane.

Image

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

¹Pour plus d'informations sur la période conduisant à l'indépendance, nous recommandons l'excellent Hubert De Palpatin, Le Sanglot des Maracas : la guerre d'indépendance mexicaine (1810-1821), Paris, Presses du Canard Fourré, 2010.

_________________
La pitié du bourreau consiste à frapper d'un coup sûr - Ernst Jünger
Il y a peu de guerres entre le bien et le mal, la plupart d'entre elles sont entre un bien et un autre bien - Yang Wen-li
Le problème des citations sur Internet, c'est qu'il est très difficile de savoir si elles sont authentiques - Abraham Lincoln


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Dim Avr 15, 2018 5:58 pm 
Hors-ligne
Calimero
Calimero
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 09, 2005 7:49 pm
Messages: 16450
Localisation: De retour dans le sud
Cette moustache... :escrime:

Image

_________________
« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »
Marc Bloch


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: Dim Avr 15, 2018 6:39 pm 
Hors-ligne
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 7:47 pm
Messages: 5402
Localisation: Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.
Je gage que cet AAR sera moustachiste et parlera viril :o:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Bing [Bot] et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Sauter vers:  
POWERED_BY
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr