Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » mer. mars 07, 2018 4:23 pm

Ce sont les grandes puissances qui investissent les petits pays, pas l'inverse ! On devrait les envahir et les annexer ! :pascontent:
( Pas moyen de corriger cela avec la console de commande ? :? )

La Tunisie, c'est peut-être risquer, mais il n'y a pas d'autres solution pour stopper cette guerre inutile et même lassante par moment... :goutte: Et puis, je parlais juste de guerroyer, pas d'annexer ce désert... :o:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » jeu. mars 08, 2018 11:25 am

rooom a écrit :La Tunisie représente une opportunité militairement compliquée. Le potentiel du pays pour notre prospérité est aussi à prouver. Bien sur cela ferait une conquête prestigieuse et un lieu de villégiature estivale agréable mais probablement très cher d'entretien. Nous étendre après la trêve (qui penses cette paix durables?) le long de l'adriatique, voire devenir protecteur des grecques?! Voilà qui serait nettement plus profitable à la prospérité de l'Empire. pour ce faire accommoder les Franco-britanniques est une nécessité.

La Room Shienen Corp conseille une paix qui permettra au franco-britanniques de garder la face afin de poursuivre la politique d'ouverture de l'Empereur. Le Mexique est une très bonne initiative, si nous décrochons des marchés là-bas -notamment pour la Room Shienen Corp-, la qualité de nos produits augmentera notre prestige et influence à la fois en Amérique du Nord qu'en Amérique du Sud.
Il faut surtout que j'arrive á débarquer dans le secteur :lolmdr: Pour l'instant, je suis content de pouvoir couler quelques navires ennemis juste à côté de mes ports, dans l'Adriatique :lol:

On parle quand même de la marine autrichienne, selon nos rapports d'information, la marine britannique est 7 fois , la française 3,5e fois plus puissante que la notre :chair: On modernise à tour de bras, mais il ne faut pas se faire d'illusions, on arrivera au mieux à devenir une puissance maritime régionale.

Oui une paix blanche serait très profitable, je serais même prêt à payer quelques couronnes rubis sur l'ongle, mais comme je suis considéré "gagnant" avec 0 points de warscore, c'est impossible.

Soyez bien assuré que vos voeux d'investissement au Mexique ne tomberont pas sur de sourdes oreilles :o:
Azerty a écrit :Ce sont les grandes puissances qui investissent les petits pays, pas l'inverse ! On devrait les envahir et les annexer ! :pascontent:
( Pas moyen de corriger cela avec la console de commande ? :? )

La Tunisie, c'est peut-être risquer, mais il n'y a pas d'autres solution pour stopper cette guerre inutile et même lassante par moment... :goutte: Et puis, je parlais juste de guerroyer, pas d'annexer ce désert... :o:
Pas d'annexion possible sans revendications territoriales! Je peux tenter d'en créer en déclenchant une crise diplomatique, dans la situation actuelle je préfère ne pas envenimer encore plus les relations internationales. Il y a des joueurs qui se bricolent des events pour entrer en paix, mais d'une je n'ai pas les connaissances techniques, de deux je préfère ne pas trop tripatouiller et risquer des bugs à long terme.

Occuper la Tunisie ne devrait d'ailleurs rien changer au warscore, car ce ne sont pas des colonies formelles, juste des comptoirs et une maigre présence militaire et commerciale. Rien que l'on pourrait considérer comme valable au yeux de Paris. Sans compter qu'il est probable que notre corps expéditionnaire finisse courageusement au fond de la mer :mrgreen:

Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » jeu. mars 08, 2018 12:25 pm

Bon... sauf qu'étant donner que les fronts sont bloquer, il ne nous reste plus qu'a cherchez à faire entré en en guerre à nos côtés, la Prusse... :oops:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"

DrussDharan
Terreur du Forum
Terreur du Forum
Messages : 706
Enregistré le : mer. sept. 23, 2009 9:35 pm
Meilleur jeu 2008 : EU3 In Nomine

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par DrussDharan » jeu. mars 08, 2018 8:56 pm

Si les Français pouvaient s'enfoncer en Allemagne il serait possible d'en profiter pour contre-attaquer mais présentement la situation est très nettement à leur avantage.

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » ven. mars 09, 2018 8:00 am

La Forêt Noire est moyennement adaptée aux manoeuvres, ils ont agglutinée la moitié de leur armée là-bas et attendent que ça se passe :lolmdr:

Inconvénient de PoN: on peut coordonner le mouvement d'une armée avec des corps d'armée, mais on ne peut pas coordonner le mouvement de deux armées différentes. Donc soit mes armées arrivent au contact au compte-goutte, soit je crée une super-armée de la mort avec la pénalité de commandement maximale, soit 35% ...

Cela ne vaut bien sûr pas pour la coordination de défense dans une seule et même province :o:

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » sam. mars 10, 2018 2:30 pm

Fin août 1855

Pas d'affrontement en Adriatique cette fois-ci, les Français se replient à toute vitesse. Le vice-amiral comte von Bujacovich profite de cette victoire pour se retirer dans l'honneur, à l'âge de 73 ans. Son service fut exemplaire, né en 1782 sur la frégate La Fama, il a été marin dès son premier souffle. Son successeur, Károly Gyujtó von Sépsi-Mártonos, devra faire des efforts pour arriver à sa hauteur, surtout que ses ancêtres ne furent pas en reste non plus.
Image
La guerre étant calme, penchons-nous sur les questions économiques, longtemps négligées. M. Chaudard vient de recevoir les rapports de l'office des statistiques. Lorgnon à la main, nous étudions les longues colonnes de chiffres.
Image
Les bases d'abord: les impôts coulent de source, les taux d'imposition sont modérés, l'inflation est à 1% et donc basse, nous ne sommes pas endettés. Les flux de liquidités laissent entrevoir une activité économique vitale, avec jusqu'à 334 000 couronnes de croissance toutes les deux semaines. Voyons maintenant les produits "organiques": quelques imports de poisson et de vin, des exports de boeufs et de laine quand l'occasion s'y prête, mais on ne trouve pas beaucoup de repreneurs. La population est bien nourrie, les excédents de nourriture alimentent nos usines de conserves. Il y a un petit déficit de bois, les stocks massifs compensent ce manque pour l'instant (et pour encore très longtemps). Bien! Tournons-nous vers les produits "non-organiques".
Image
La sidérurgie autrichienne se porte très bien, équipements militaires y compris munitions sont disponibles en large quantités. Minerais et nitrates pourraient manquer à très long terme, à cause des achats saxons. Bon, on pourra voir à construire une nouvelle mine un jour, bien que ce genre de ressources ne manque pas sur les marchés internationaux. Produits chimiques, bien manufacturés, que d'excédents! L'industrie textile se porte très bien aussi, toute sa production est aspirée par la demande nationale. Les classes supérieures achètent elles tous les produits de luxe, joyaux et textiles de soie que nos producteurs peuvent fournir. Il y a un réel potentiel d'expansion. À suivre, de nouvelles manufactures sont encore en construction!

En somme, il n'y pas de déficit structurel grave, tant mieux! Je me félicite de cet état de fait et me permet une large portion de Kaiserschmarrn, à l'honneur de notre empereur bien-aimé, qui leur a donné ce nom.
Image
Une visite sur les terres du prince Elviszörszkögtzkyszervar donne lieu à une discussion animée sur le cours de la guerre. Le prince, enflammé par un verre de tokay de trop, jure que les Français jetteront les armes si seulement ils savaient suffisamment de Hongrois sous les drapeaux. Peut-être que j'aurais dû me retenir un peu plus sur la boisson moi aussi, car j'envoie sur-le-champ un télégramme vers Vienne pour ordonner la formation d'un corps d'armée lourd hongrois. Une nouvelle tournée de recrutement aura bientôt lieu dans les villages magyars ...
Image
De manière assez surprenante, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV souhaite une entrevue personnelle avec notre souverain. Le comte von Efelleturm va passer ses prochaines journées à faire en sorte que toutes les subtilités du protocole soient respectées. Nous Autrichiens sommes maîtres dans l'art de la diplomatie bien orchestrée.
Image

Début septembre 1855

Face-à-face dans l'Adriatique! Une flotte française de taille inconnue louvoie dans le détroit d'Otranto. Qu'ils viennent sous nos canons, nous sommes prêts!
Image
Le temps est toujours clément, mais pour combien de temps encore? Bientôt, la saison des manoeuvres sera terminée. Nos troupes restent cependant fusil à l'épaule sur les frontières du Bade. Les forces de la Confédération Helvétique ne prennent pas parti dans ce conflit, et respectent la "neutralité permanente" instaurée durant le Congrès de Vienne en 1814-1815 et confirmée lors du traité de Paris de 1815. La France fait de même, bien qu'elle souffre encore de la perte de Collex-Bossy, Le Grand-Saconnex, Meyrin, Pregny, Vernier et Versoix, localités jadis cédées au canton de Genève.
Image
La manufacture textile Goldshmidt ouvre enfin ses portes à Olmütz! La Moravie tire son épingle du jeu de l'industrialisation, et se profile comme l'une des régions les plus dynamiques d'Europe. En plus de ses mines de houille et de lignite, de son agriculture moderne, elle peut se vanter d'abriter la manufacture de cristaux Moser ainsi que les ateliers Lobmayr.
Image

Fin septembre 1855

Une escadre de frégates françaises s'avance dans le Golfe de Venise. Ah, ils pensaient pouvoir faire un peu de tourisme! Nous envoyons par le fond ces malfaisants, sans plus de délicatesses.
Image
C'est une belle victoire, quatre frégates coulées, de quoi s'octroyer un verre de whisky écossais. Il me faudra du plus lourd pour digérer la suite, car un comte zu Dunkelmath tout en sueur m'apporte de graves nouvelles. Loin de former l'essentiel de la force de combat ennemie, l'escadre de frégates n'avait joué qu'un rôle de diversion. Ivres de victoires, les navires autrichiens se sont fait tourner comme des bleus par l'amiral Alexandre Ferdinand Parseval-Deschênes, à la flotte ô combien mieux équipée. Nos navires de ligne se sacrifient pour couvrir une honteuse retraite vers Trieste, trois sont coulés!
Image
C'est un violent revers qui enterre tous les plans d'invasion de la Tunisie, si ardemment discutés dans les cafés de Vienne ces dernières semaines. Nous voilà forcés de chercher la protection de l'artillerie côtière, et condamnés à l'immobilité pour un bon moment. L'amiral français aurait été fait Grand-croix de la Légion d'honneur par l'empereur Napoléon pour sa prouesse.
Image
Ailleurs, les choses ne vont pas mieux. Les peuples du Caucase opposent une farouche résistance aux occupants russes. Habitués à des siècles de guerre incessante, Kalmouks et autres tribus mènent une guerrilla sans pitié. Toute la région est en feu, et le gros de l'armée russe en Suède.
Image
Quelques centaines de lieues plus loin, les Ottomans souffrent des mêmes difficultés. En guerre depuis quelques mois contre la Grèce, les voilà confrontés à une rébellion des Hellènes dans le Dodécanèse.
Image
Tant qu'à parler de lointaines contrées: une première expédition commerciale de mon demi-frère maléfique, Juan Maria Lopez-Olivares, dit "El jmlo", a montré que les opportunités d'investissement étaient assez limitées en ce qui concerne le Mexique. Par contre, le président à vie de la République du Guatemala, Rafael Carrera, offre des conditions autrement plus alléchantes. Il penserait à une distillerie de rhum, ou une indigoterie. Nous verrons, le document français sur la production d'indigo qu'il a donné à El jmlo ne m'inspire pas confiance quant au bien-fondé de cette entreprise. Avec le comte von Efelleturm, nous décidons quand bien même de resserrer les relations avec le Guatemala.
Image
Tentant de regagner mes grâces, M. Budi-Budi investit dans une orfèvrerie à Vienne. On dit qu'il aurait pris sous contrat les meilleurs artisans du Milanais pour éblouir les demoiselles de la haute aristocratie. Nous restons cependant en froid à son égard.
Image

Début octobre 1855

De sauvages combats ont lieu dans le Caucase, et on dirait que l'Asie Centrale se soulève également contre le joug tsariste. Un régiment d'Orenbourg aurait été massacré à Tachkent. Les inconvénients d'un empire réparti sur deux continents, que voulez-vous. De notre côté, les rapports sont plus civils, et si jamais nos sujets venaient à changer d'avis, nous disposerions maintenant d'une armée supplémentaire, car le corps von Schlik a bien grandi. De ses trois corps d'armée d'infanterie, deux sont désormais opérationnels, le troisième ne tardera pas.
Image
Je ne suis plus trop convaincu par les arguments du prince Elviszörszkögtzkyszervar, mais une armée plus considérable ne fera pas de mal pour autant. Trois divisions de hussards renforceront bientôt nos rangs, et 8 régiments d'infanterie de réserve hongrois pallieront à des pertes éventuelles.
Image

Fin octobre 1855

L'incendie du Caucase prend de l'ampleur. Bakou est coupée de toute communication avec Saint-Pétersbourg. Les clans locaux entrevoient la possibilité de regagner leur indépendance et doublent leurs efforts. Les officiers de l'administration civile et militaire russe qui ont le malheur de tomber entre les mains des rebelles souffrent des morts atroces. L'opinion publique de l'Empire Russe est outrée, l'incapacité du Tsar à réagir est aussi évidente que choquante.
Image
Notre flotte regagne un peu de superbe avec la finition de quatre navires de ligne. Ne nous leurrons cependant pas, nous restons en nette infériorité numérique face aux escadres franco-anglaises.
Image
Dans le Sud du pays, une partition des marchés autrichiens s'amorce. Pendant que la Room Schienen-Korporation s'arroge de plus en plus d'usines en Illyrie, la Mundus AG de M. Budi-Budi s'implante fortement en Bohême et Moravie. Sir Arthur Room vient de rendre public ses plans pour une usine de meubles à Zagreb. C'est le genre de compétition que j'apprécie!
Image

Début novembre 1855

La ligne Vienne-Presbourg est terminée! L'Empereur en personne prend part à l'inauguration, qui renforce considérablement l'importance du noeud ferroviaire viennois. Cela pourrait s'avérer décisif en cas de conflit militaire sur nos frontières orientales.
Image
Le revers de tous ces trains, c'est leur consommation ahurissante de charbon. Nous devons puiser dans nos stocks en ce moment, il faudra penser à investir dans des mines bientôt, sous peine de manquer de cette ressource stratégique.
Image
Dans le Caucase, une poignée de divisions transférées d'urgence tente d'enclencher une contre-offensive contre les rebelles. À peine se mettent-ils en marche que l'Itchkérie, dans leur dos, rejoint la rébellion. Le Tsar n'est pas au bout de ses peines.
Image
Avec toutes ces turbuleces, c'est à peine si l'on a remarqué le travail du comte von Efelleturm, qui a préparé depuis des mois un compromis de concordat, qui pourrait nous lier plus étroitement à Rome, au prix de concessions symboliques. Bon chrétien, j'approuve et espère que le pape ne soutiendra pas les singeries de Sardaigne-Piémont.
Image

Fin novembre 1855

Le pape a signé! Alors certes, la censure sera plus sévère et en mains ecclésiastiques, tout comme l'éducation, mais au final, pas grand-chose ne changera, et nous obtenons un allié de poids en Italie.
Image
Le comte von Greiffenau me parlait l'autre jour d'un traité de guerre, avec des concepts aux noms bien recherchés. "Assaut à outrance", "culte de l'offensive", il faut dire qu'il y a là du panache! L'idée s'immisce dans l'état-major qu'un regroupement majeur de troupes dans le Wurtemberg, lancé en bloc contre les Français et ce malgré des difficultés de commandement énormes et indiscutables, pourrait offrir un momentum décisif dans une guerre pauvre en évènements. En préparation de cette éventualité, un nouveau corps d'armée est levé à Buda.
Image
Pour ma part, je me surprends à rêver d'indigo et de carmin, de bois tropical et d'émeraudes. Même le Portugal s'arroge de nouvelles colonies, ne devrions-nous pas suivre le mouvement?
Image

Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34423
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par griffon » sam. mars 10, 2018 3:09 pm

Le Grand Saconex arraché à la patrie et jamais récupéré depuis ! :shock:

J'avais oublié cette infamie ! :ko:



https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Grand-Saconnex
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » sam. mars 10, 2018 4:13 pm

griffon a écrit :Le Grand Saconex arraché à la patrie et jamais récupéré depuis ! :shock:

J'avais oublié cette infamie ! :ko:



https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Grand-Saconnex
Il ne t'en faut pas beaucoup pour crier à l'infamie :lolmdr:

Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » dim. mars 11, 2018 5:53 pm

C'est absolument honteux ! :pascontent: Qui plus est, c'est jumelé avec un coin de Bretagne... Il y aurait peut-être un casus belli à faire sur cette base... :siffle:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » dim. mars 11, 2018 7:57 pm

Ha oui mais bon, c'est pas cher payé quand même pour avoir piétiné une fois l'intégralité de l'Europe :chicos:

Heureusement que l'Autriche est un empire de la raison, de l'équilibre européen, et du compromis entre dynasties royales et impériales, la vengeance aurait été plus tranchante sinon :o:

Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » dim. mars 11, 2018 8:00 pm

von Aasen a écrit :Heureusement que l'Autriche est un empire de la raison, de l'équilibre européen, et du compromis entre dynasties royales et impériales, la vengeance aurait été plus tranchante sinon
Un peu comme en 14 quoi... :o:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"


Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » dim. mars 11, 2018 10:18 pm

von Aasen a écrit :En effet, en 1814, nous étions encore un poil plus généreux, pour ne pas dire magnanimes:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3% ... ris_(1814)
Je crois que je viens de prendre des risques... :goutte:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15612
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par von Aasen » dim. mars 18, 2018 4:36 pm

Début décembre 1855

Le Tsar pousse la Suède au bord de l'abime: la forteresse de Stockholm est tombée, il ne reste plus que quelques îlots de résistance en Norvège et dans la province de Småland.
Image
La nouvelle marotte des journaux autrichiens, la conquête de l'Ouest du continent nord-américain, enflamme l'imagination des classes populaires. On se dit que les États-Unis sont un pays où tout est possible, que la naissance ne compte pour rien et que tel et tel oncle y aurait fait fortune. Des navires remplis à ras-bord d'émigrants partent chaque jour des ports allemands, néerlandais, irlandais ... heureusement qu'en Autriche, la raison prime, et que nos sujets préfèrent les avantages indéniables d'un état policé, fondé sur une tradition aussi solide qu'emprunte de sagesse.
Image

Fin décembre 1855

La compétition entre Sir Arthur Room et M. Budi-Budi gagne en vitesse. La Mundus AG de ce dernier se profile en Ruthénie, où elle construit une mine de charbon souterraine. C'est un investissement plaisant, car il règlera notre petit déficit de charbon causé par l'expansion incessante des chemins de fer, et contribuera à l'essor économique d'une région en marge de l'empire.
Image
Si la guerre n'avance pas, la spéculation, elle, fleurit! Ce diable d'Alfred Leaz a réussi un coup important durant l'un de ses extravagants voyages. Il aurait renfloué spontanément un comte russe endetté jusqu'au coup à l'issue d'une partie de whisk déplorable, et se serait vu gratifié des droits d'exploitation d'une mine d'or sibérienne pour une année entière. Le voici richissime, et certaines nobles familles en difficultés financières le courtisent. Après d'âpres négociations, il aurait obtenu la main d'une Azerty-Liebkenstein.
Image

Début janvier 1856

Une nouvelle année débute, et les vautours qui savent comment le gouvernement fonctionne se retrouvent bien vite dans mon salon. En effet, la nouvelle année fiscale a également débuté, et il y a donc de l'argent à dépenser ... le comte von Greiffenau veut des fonds pour les transports publics, soit, mais où donc les investir? Nous nous penchons sur la carte de notre gigantesque empire ...
Image
Pas évident! Je verrais bien des investissements en Cisleithanie, mais le comte sort des rapports du ministère de l'intérieur. Les Hongrois sont les plus propices à se révolter!
Image
C'est un argument de poids, quelques trams leur donneraient l'impression que l'on s'occupe d'eux. Je signe donc, et me tourne vers mon Einspänner, délicatement préparé. À peine ma moustache trempe-t-elle dans la crème fouettée, que le comte zu Dunkelmath m'assiège de questions, et m'enjoint de plutôt investir en Transylvanie, qui ne dispose pas de chemins de fer en profiterait bien plus de transports publics. Bon bon, le mokka a beau être tenu au chaud un moment par la crème fouettée qui le protège, je n'ai pas que ça à faire. Alors oui, Transylvanie, et que l'on ne me dérange plus!
Image
Au crédit du comte zu Dunkelmath, on ajoutera qu'il a lu le "Manuel de la Gloire des Nations" du baron Paradopoküs, et que le comte von Greiffenau est plus rêveur. En sortant, il m'a laissé un rapport sur les armées d'Europe, et il semblerait que disposions de plus de troupes que la France. L'armée von Schlik à Buda est une masse de manoeuvre lourde et informe, et pourtant, c'est également un marteau qui peut développer une force brute et inarrêtable. C'est le fruit de l'expansion constante de nos armées, supervisée par nos meilleurs officiers.
Image

Fin janvier 1856

La Grande-Bretagne se frotte un peu à tout le monde. Une grave crise diplomatique s'est déclarée Perse, qui refuse de laisser des marchands britanniques se porter acquéreurs d'infrastructure dans le pays. Tout ce qui détournera Londres de notre guerre fera notre plaisir.
Image
En plus de la mobilisation massive de forces armées, j'ai devisé avec le comte von Efelleturm un plan de passivité extrême. En évitant tout combat pendant une longue période, nous espérons forcer nos ennemis à négocier une paix blanche, car plus rien ne justifierait cette guerre spécieuse. Nos généraux, eux, brûlent de lancer leurs troupes une nouvelle fois vers la Forêt Noire, un peu moins protégée que d'habitude, mais engloutie sous des tonnes de neige.
Image
Nobles comme bourgeois étouffent ces ennuis par des achats rivalisant de superbe. Le nouveau salon du baron von Lockenfeld resplendit des dernières créations de luxe, directement sorties des nouveaux ateliers en Bohême, liées par d'audacieuses constructions financières à la Mundus AG de l'omniprésent M. Budi-Budi. L'Autriche produit tellement de produits de luxe qu'une saturation du marché peut être envisagée. Il y aurait alors un véritable potentiel à l'exportation, car qui n'aimerait pas vivre comme un Viennois?
Image

Début février 1856

Un thème peu ragoutant me préoccupe. Tandis que Londres et Paris entreprennent des travaux d'assainissement importants pour leurs égouts, Vienne est en reste. Cela n'est pas bon pour notre image, je me permets donc d'engager l'ingénieur Pierre Emmanuel Coelioseau pour nous construire les meilleurs égoûts du monde. Les travaux débutent en temps record à Vienne et Buda, le trésor fait un peu la moue, mais se remettra bien vite de cette ponction nécessaire.
Image
Les Britanniques font mine de vouloir retenter leurs absurdes histoires de débarquement. Nous ne laisserons pas provoquer!
Image
Fin février 1856

Les Britanniques restent passifs, tout au contraire de la Room Schienen-Korporation AG, qui progresse en terrain budinesque. Tentant de prendre l'ascendant, Sir Arthur Room fait savoir qu'il ouvrira une scierie en Transylvanie pour soutenir l'initiative du gouvernement en matière de transports. C'est un beau geste, que je n'oublierai pas.
Image

Début mars 1856

Pendant que nous nous délectons de faisan au cidre, les empires de ce monde grignotent peu à peu le globe. Il reste encore quelques occasions de s'implanter outre-mer sans risquer de conflit militaire. Soumis à un blocus naval, nous sommes encore condamnés à rester inertes.
Image

Fin mars 1856

La mariage d'Alfred Leaz semble malgré tout assez heureux. Ce bougre d'homme d'affaires a une chance extraordinaire, il a réitéré son exploit sibérien en achetant à très bon prix des joyaux indiens, dont il a tiré un prix extrême à la revente, faisant augmenter leur valeur par une série d'articles de journaux commandés sur la valeur mystique et symbolique des grenats en Inde.
Image
La Grèce va mal. Bien qu'assurée du soutien de ses confrères en Crète et dans le Dodécanèse, l'armée s'écroule devant les coups ottomans, et Athènes se retrouve soumise à une sévère administration militaire.
Image
Pourrions-nous aider? Oui certes, si seulement, eh oui, cette guerre serait terminée. Le monde tremble devant nos armes.
Image
Nous sommes donc condamnés à nous réjouir des petits choses. De nouvelles routes pavées en Herzégovine, par exemple.
Image
J'écoute même Pierre Emmanuel Coelioseau rêver de réseaux télégraphiques résonants jusqu'en campagne! Et je lui donne de l'argent en plus!
Image

Début avril 1856

Une fois de plus, nous sondons toutes les possibilités. Et, miracle! Le comte Frigyes Szapáry de Szapár, Muraszombat et Széchy-Sziget, ambassadeur de l'empire d'Autriche à Paris, a réussi grâce à des aventures galantes à faire parvenir un petit message à un proche de Napoléon III. Une paix pourrait être entrevue contre versement de 170 000 couronnes, une misère pour nos riches contrées. Voyons donc!
Image
Notre marché intérieur dépasse la barre symbolique du million de couronnes en liquidités échangées toutes les deux semaines. L'économie autrichienne se porte aussi bien que jamais!
Image
Et que font les Anglais? Mettre le monde à feu et à sang, comme à leur habitude.
Image
Qu'ils s'agitent, nous Autrichiens préférons observer avec élégance la montée en puissance de notre industrie.
Image
Fin avril 1856

Calme plat, quelques voiliers français à l'horizon. Nous répondront-ils par la poudre?
Image

Début mai 1856

La réponse est là, l'ambassadeur de France vient de remettre en personne une lettre à la Hofburg! Agglutinés autour de ce misérable papier, mes connaissances et moi-même lisons ces caractères fatidiques: et bien non, môssieur l'empereur de France n'a pas voulu de paix.
Image
Nous sommes trop impérialistes, parait-il. Eh bien, quelques verres de tokay plus tard, je me dis que la stratégie de passivité belliqueuse reste notre seule issue. Nous augmentons donc les dépenses pour l'armée, avec une commande faramineuse de 12 frégates à vapeur.
Image
Les coûts sont tellement élevés qu'il va nous falloir importer du charbon de Prusse, car les machines à vapeur devront être longuement testées avant d'équiper les navires.
Image
Restons donc vigilants et espérons une issue favorable à cette maudite guerre!

Avatar du membre
Azerty
Foudre de Guerre
Foudre de Guerre
Messages : 1152
Enregistré le : ven. déc. 01, 2017 7:44 pm
Localisation : Underground

Re: Perle de l'humanité, appétence de l'Olympe

Message par Azerty » dim. mars 18, 2018 7:05 pm

J'ai une idée, et si nos troupes passaient par l'Italie ! Nous pourrions écraser une bonne fois pour toute les Italiens rebelles, et sortir la France du conflit ! :yho:
“Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”

”Nous vaincrons car nous sommes les plus forts !”

"La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même !"

Répondre

Retourner vers « AARs divers »