A.E.I.O.U.

Répondre
Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15615
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

A.E.I.O.U.

Message par von Aasen » ven. août 28, 2009 3:32 pm

A.E.I.O.U.
Europa Universalis III In Nomine - Grande Campagne
Image
Soyez les bienvenus, vous qui venez lire l'oeuvre qui raconte le destin de la maison des Habsbourgs! En l'an de grâce 1399 notre modeste famille eut l'honneur d'obtenir le titre de chroniqueur officiel de Sa Majesté l'Archiduc d'Autriche. De génération en génération, les von Aasen se sont ainsi attelés à la tâche de décrire du mieux que possible les évènements qui ont marqué les siècles en notre pays.

Nous espérons que ce récit puisse décrire de manière assidue et passionante ce que tant de gens ont vu et vécu, mais nous demandons à l'avance pardon pour d'éventuelles inexactitudes ou approximations. Les nombreuses notes qui ont abouti à la création de ce livre contiennent encore bien plus d'informations, aussi est-il possible que nous puissions accéder à des demandes visant à obtenir plus de renseignements sur certains évènements.

Nous tenons à remercier encore une fois notre grand souverain Albrecht IV pour la confiance qu'il a placée en notre famille sans renom et sans titres, puisse notre travail être à la hauteur de ses espérances!


Chapitre I: 1399-1410

L'autorité des Habsbourgs s'étend à travers les régions montagneuses de l'Austria Superior, qui comprend le comté de Tyrol et le Vorarlberg, et domine l'Austria Inferior, les terres héréditaires de la maison. L'archiduc d'Autriche, Albrecht IV, est un monarque entraîné depuis son plus jeune âge dans l'art de la chevalerie et particulièrement craint lors des nombreux tournois qui l'opposent à ses pairs. À ses qualités s'adjoignent une certaine compréhension des affaires d'état.
Image
De vaillants conseillers s'occupent des détails indignes de sa majesté. À la cour réside notamment Matthias von Laudon, banquier de renom et qui s'entend à grossir le trésor duchal. Franz Stefan Tegethoff de Carinthie est lui un érudit aux idées bien arrêtées, ses nombreuses conversations avec Albrecht IV ont résulté en une bonification notable de la qualité de l'administration autrichienne. Clemens Boroewitsch est un marchand qui n'est que toléré à la cour. Lui aussi travaille à l'enrichissiment de nos terres, mais par la voie du commerce. Ses nombreux contacts à l'étranger valent leur pesant d'or, c'est le meilleur homme pour raffermir la présence de nos propres hommes dans les marchés d'Europe.
Image
En tant que puissance chrétienne catholique du Saint Empire Romain Germanique, les relations avec nos voisins et le Pape sont bien sur excellentes. Il y a certes quelques rivalités frontalières, notamment avec la Bohême et la Hongrie, rien de grave cependant. La Bavière est un duché très proche de la maison des Habsbourgs, un mariage renforce encore les étroits liens dynastiques avec les Wittelsbach, rassurant les nobles partageant une frontière avec les Bavarois.

La protection des intérêts autrichiens ne passe pas que par le Saint Empire, des alliances sont tantôt forgées avec la République marchande de Venise et le Royaume de Bohême. De nombreux mariages unissent aussi les Habsbourgs à quantité de grandes maisons d'Allemagne et d'Italie.

En 1399, les efforts de Matthias von Laudon pour concentrer plus de pouvoir à la cour de Vienne provoquent une révolte de grande ampleur parmi les vavasseurs du Tyrol, traditionnellement très irritables lorsque l'on touche à leur indépendance. Albrecht IV se résout à faire appel à ses vassaux, prend la tête de l'armée duchale unissant tous les contingents, ordonne la levée de troupes supplémentaires à Lienz et se dirige vers le lieu de l'infâmie. Son long chemin le mène vers les dolomites tyroliens, qui se couvrent de rouge à son passage. Les prêtres y voient un signe de Dieu: le rouge, la couleur alémanique de la force! Une grande victoire attend notre seigneur!
Image
Ce présage était de bonne augure, la bataille qui eut lieu le lendemain à Breitenwang vit la défaite des gueux armés. L'ordre légitime fut rétabli, un vassal à la poigne plus dure reçut des mains de l'archiduc le soin d'administrer ces terres.

Tout le monde y vit qu'Albrecht était un homme qui savait diriger ses sujets, et son pouvoir en sortit grandi. Grâce aux revenus des mines d'or de l'Ouest du pays, il pouvait aussi payer de nombreux envoyés qui surveillaient les agissements de la populace de près.
Image
Cette richesse, il comptait bien la convertir en pouvoir politique. Peu de royaumes avaient un trésor aussi bien rempli que l'autrichien, et les marchands pouvaient toujours compter sur Venise pour y faire prospérer un lucratif commerce. L'argent facilite bien des choses, un cadeau aussi prestigieux que celui envoyé récemment au Pape ne pouvait qu'influencer les relations mutuelles de la manière la plus positive.
Image
Albrecht IV était bien trop intelligent pour commencer une guerre d'agression envers un membre du Saint-Empire sans bonne raison, il se forcait donc à rester pacifique jusqu'a ce qu'une occasion se présente. La seule possibilité de contourner cette difficulté eut été d'attaquer le royaume de Hongrie. Celà aurait été téméraire, et l'expansion vers l'Est aurait dramatiquement altéré les bonnes relations qui caractérisaient les deux entités voisines jusque là. Ainsi, les premières années du XVe siècle furent paisibles, à l'exception d'une épidémie de peste qui ravaga Lienz.

À long terme il comptait s'en prendre aux riches cités sous la protection de Milan. L'alliance avec Gênes et des mariages avec des voisins jaloux de la puissance milanaise étaient destinés à parfaire l'isolation de cette proie fort tentante.
Image
Le hasard en décida autrement, car le 30 septembre 1404, un émissaire vénitien exténué vint quérir l'assistance de l'archiduc. La principauté d'Aquileia s'était permise quelques arrogances et le doge comptait mettre fin à cette engeance par les armes. Ses alliés grecs s'étaient déjà désistés et l'Empereur, Barnabas Ier de Hesse, y avait vu un moyen de se forger une réputation après son accession au thrône, et promit en conséquence son assistance à l'agressé pourtant coupable. Albrecht décida d'outrepasser les édits impériaux et accorda son soutien aux Vénitiens. Les combats faisaient déjà rage à Trévise alors que ses 15 000 hommes d'armes, écuyers et chevaliers faisaient route vers les régions hostiles du Krain ...
Image

Avatar du membre
Samara
Terreur du Forum
Terreur du Forum
Messages : 508
Enregistré le : sam. mai 05, 2007 11:08 am
Localisation : Vejle, Danemark

Re: A.E.I.O.U.

Message par Samara » ven. août 28, 2009 4:59 pm

Chouette alors, un aar sur ma dynastie préféré.

Puisse tu écraser la rébellion luthérienne et rétablir la sainte foi dans l'empire.

Avatar du membre
Emp_Palpatine
Eco-Citoyen
Eco-Citoyen
Messages : 16679
Enregistré le : sam. août 21, 2004 12:37 pm
Localisation : Le XIXème (Siècle, pas arrondissement)

Re: A.E.I.O.U.

Message par Emp_Palpatine » ven. août 28, 2009 5:23 pm

Je sens venir l'aar bourrin!
Vous pensez tous que César est un con? Vous pensez que le consul et son conseiller sont des cons? Que la police et l'armée sont des cons? Et vous pensez qu'y vous prennent pour des cons? Et vous avez raison, mais eux aussi! Parce que depuis le temps qu'y vous prennent pour des cons, avouez que vous êtes vraiment des cons. Alors puisqu'on est tous des cons et moi le premier, on va pas se battre.

Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34505
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: A.E.I.O.U.

Message par griffon » ven. août 28, 2009 5:46 pm

beau début comme dab ! :signal:

mais si la destinée de l'Autriche est de viser la domination sur l'Italie

au 18 ème siècle

au 15 ème je la verrais plutot comme gardiennne des vertues du SERG


tout en regardant fort vers l'Est

tout en profitant des opportunités à l'Ouest ( Bourgogne ......)
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34505
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: A.E.I.O.U.

Message par griffon » ven. août 28, 2009 5:47 pm

Emp_Palpatine a écrit :Je sens venir l'aar bourrin!

je le crains aussi un peu ! :lolmdr:

il y a quelqu'un ici qui peut controler Von

une fois qu'il est lancé ? :chicos:
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15615
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: A.E.I.O.U.

Message par von Aasen » ven. août 28, 2009 6:34 pm

Samara a écrit :Chouette alors, un aar sur ma dynastie préféré.

Puisse tu écraser la rébellion luthérienne et rétablir la sainte foi dans l'empire.
Ah très bien, ça me fera au moins un lecteur fanatique :chicos:
Emp_Palpatine a écrit :Je sens venir l'aar bourrin!
Bourrin? Bourrin comment? Bourrin type "je réclame le protectorat des Provinces-Unies et j'emmerde la France et ses 300 000 bifffins" ou bourrin type "un post par décennie avec une durée IRL de l'AAR de 2 ans"?
griffon a écrit :beau début comme dab ! :signal:
mais si la destinée de l'Autriche est de viser la domination sur l'Italie
au 18 ème siècle
au 15 ème je la verrais plutot comme gardiennne des vertues du SERG
tout en regardant fort vers l'Est
tout en profitant des opportunités à l'Ouest ( Bourgogne ......)
Regarder vers l'Est? Y a que la Hongrie, avec qui j'ai d'excellentes relations, un mariage royal ... et qui me surpasse militairement. Bref, mauvais plan!
Non non, regarde plutôt au Sud, toutes ces saintes nitouches de républiques microscopiques qui rient au nez du Pape et ne paient pas leur dû au Saint-Empire. Ne trouves-tu pas qu'il faudrait les discipliner et y rétablir l'autorité de l'Empereur, tel Barberousse?

Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34505
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: A.E.I.O.U.

Message par griffon » ven. août 28, 2009 7:07 pm

le devoir de l'empereur est de veiller

à ce que les membres de l'Empire

ne soient pas spoliés :D


alors si c'est lui qui donne le mauvais exemple ou va t'on ? :roll:


demande plutot un mariage royal avec la Bretagne ( ce qui s'est passé à l'époque ...)

et à la Bourgogne ca pourrait rapporter gros un jour !
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
Samara
Terreur du Forum
Terreur du Forum
Messages : 508
Enregistré le : sam. mai 05, 2007 11:08 am
Localisation : Vejle, Danemark

Re: A.E.I.O.U.

Message par Samara » ven. août 28, 2009 10:19 pm

Le devoir de l'empereur est avant tout d'écraser l'hérésie et de mettre au bucher ce fourbe de luther. :angry:

Longue vie au Saint Empire.

L'italie est tentante mais je serai toi, je mettrai au pas ces états allemands du nord ainsi que la bohème d'abord. :tank:

Avatar du membre
aheuc
Oil Tycoon
Oil Tycoon
Messages : 8432
Enregistré le : dim. août 22, 2004 9:32 pm
Meilleur jeu 2008 : Mount and Blades
Meilleur jeu 2009 : Mod Europa Barbarorum
Meilleur jeu 2010 : HOI2 Domesday/Armageddon
Meilleur jeu 2011 : Minecraft
Localisation : Y grenoblois
Contact :

Re: A.E.I.O.U.

Message par aheuc » sam. août 29, 2009 8:25 am

von Aasen a écrit :Non non, regarde plutôt au Sud, toutes ces saintes nitouches de républiques microscopiques qui rient au nez du Pape et ne paient pas leur dû au Saint-Empire. Ne trouves-tu pas qu'il faudrait les discipliner et y rétablir l'autorité de l'Empereur, tel Barberousse?
:cjaune:

Le devoir de l'Empeureur est de ne pas écouter les mauvais conseillers spoliateurs et confiscateurs. :mrgreen:
Il y va du prestige et de l'honneur de l'Empire de, au contraire, laisser paisiblement prospérer les petites et paisibles républiques Italiennes et Hanséatiques, et de garantir leur indépendance.

Mais il en va aussi de sureté de l'Empire de veiller à contrer la menace grandissante venant de l'Ouest, de la France de ces fourbes de Valois, comploteurs, faux-monnayeurs. Leur arrogance est grande et il serait fâcheux qu'un signe de faiblesse de la maison de Hasbourg les pousse à prétendre au trône impérial.

Comme l'a ecrit l'illustre conseiller Griffon, un mariage royal avec la Bretagne serait judicieux afin de prendre le Valois en tenaille. 8-)
> Wait
> You wait, time passes...
> Thorin says "Hurry up !"
> Thorin sits down and starts singing about gold
--

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15615
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: A.E.I.O.U.

Message par von Aasen » sam. août 29, 2009 9:45 am

Bon bah c'est pas pour dire mais la France c'est encore loin, d'ailleurs elle aligne 3x plus de soldats que moi donc bon :|
Et je ne suis pas Saint-Empereur, c'est Barnabas Ier de Hesse qui l'est :siffle:

Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34505
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: A.E.I.O.U.

Message par griffon » sam. août 29, 2009 10:10 am

justement , il faut que tu le deviennes

et pour cela une conduite exemplaire vis à vis

des électeurs est nécessaire !

si jamais tu te comportes mal je boycotte cet AAR ! :lolmdr: :chicos:
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
griffon
Empereur Intergalactique
Messages : 34505
Enregistré le : mer. août 18, 2004 5:26 pm
Localisation : Brest

Re: A.E.I.O.U.

Message par griffon » sam. août 29, 2009 10:16 am

l'histoire !

prends la en exemple !

"Anne est couronnée duchesse de Bretagne, le 10 février 1489 dans la cathédrale de Rennes par l'évêque du diocèse, Michel Guibé. Pour rétablir son autorité, Anne de Bretagne fait appel à des troupes étrangères : anglaises, espagnoles et allemandes. Le roi d'Angleterre Henri VII lui envoie 6 000 hommes qui débarquent à Morlaix. Le roi d'Espagne, Ferdinand lui envoie 2 000 hommes qui débarquent dans le Sud de la Bretagne, sous la direction du comte de Salinas. Maximilien Ier de Habsbourg (archiduc d'Autriche, roi des Romains de 1486 à 1519, et Empereur germanique de 1493 à 1519) débarque avec 1 500 hommes à Roscoff et contribue sans doute à la reprise de Tréguier, Lannion et Morlaix. Un traité est signé le 22 juillet 1489 à Francfort entre Maximilien et Charles VIII, que la duchesse Anne ratifie le 3 décembre 1489.

Le 16 décembre 1490, Anne de Bretagne (âgée de 13 ans) épouse Maximilien Ier de Habsbourg (âgé de 31 ans et veuf de sa première épouse Marie de Bourgogne). Maximilien, fils de l'empereur Frédéric III, est élu roi de Germanie en 1486 à l'unanimité par les princes allemands et succède à son père en 1493. Il épouse en août 1477 Marie de Bourgogne, fille et unique héritière de Charles le Téméraire (décédée accidentellement en 1482), faisant ainsi entrer les Pays-Bas dans les possessions des Habsbourg. Cette union entre Maximilien et Anne devait permettre à la Bretagne de garder une indépendance totale vis à vis de la France et de l'Angleterre. Mais ce mariage était une violation du traité du Verger puisque Anne n ‘avait pas demandé le consentement du roi de France. Jaloux, le vieux Alain Albrecht, capitaine de Nantes, livre le château aux Français dans la nuit du 19 au 20 mars 1491."
SOL INVICTVS

Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri.
Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin , je ne pense guère à mon salut.
Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien


Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15615
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: A.E.I.O.U.

Message par von Aasen » sam. août 29, 2009 11:37 am

On verra en 1489, pour l'instant je suis en 1404 et je reste loyal vis-à-vis de mes alliés :epee:

Avatar du membre
Maréchal Joukov
Domestique des Scholes
Messages : 2768
Enregistré le : dim. mai 13, 2007 11:37 pm
Meilleur jeu 2008 : The Witcher Enhanced Edition.
Meilleur jeu 2009 : Dragon Age Origins.
Meilleur jeu 2010 : Mass effect 2.
Meilleur jeu 2011 : The Elder Scrolls V: Skyrim.
Localisation : Sarn Gebir
Contact :

Re: A.E.I.O.U.

Message par Maréchal Joukov » sam. août 29, 2009 1:18 pm

Très bon comme toujours!
As-tu pour ambition réelle d'appliquer le titre de ton AAR :chicos: ?
Image
Ma chaîne d'histoire militaire sur youtube: Ici
Mon site d'histoire et de musique militaires: http://antredustratege.com/

Avatar du membre
von Aasen
Margrave de Brandebourg
Messages : 15615
Enregistré le : mar. août 17, 2004 8:29 pm
Localisation : Berlin

Re: A.E.I.O.U.

Message par von Aasen » sam. août 29, 2009 1:23 pm

Tandis que les affrontements entre le doge Antanio Veniero et Antonio Ier d'Aquileia se poursuivaient, la puissante armée autrichienne se dirigeait vers les riches mines du Krain, vitales pour le bon fonctionnement de la principauté ennemie. La garnison locale était en flagrante infériorité, mais se réfugiait derrière de puissantes fortifications. Construire des engins de siège sur place prenait un temps fou, il était donc vital que les Vénitiens parviennent à maintenir les Aquiléens en échec.

Les premières batailles eurent beau être décidées en faveur de la Sérinissime, une nouvelle menace pointait à l'horizon: Barnabas Ier s'était assuré du droit de passage en territoire bavarois et était venu assiéger les villes du Tyrol. La situation empira lorsque les Vénitiens battirent en retraite, que la résistance autrichienne commença à vaciller et que les défenseurs du Krain refusèrent de négocier toute capitulation honorable.
Image
Le 29 avril 1405, la triste nouvelle de l'occupation totale du comté de Tyrol par la Hesse parvint aux oreilles d'Albrecht. D'après les espions, l'armée de l'Empereur se dirigeait maintenant vers le Trentin. Ce fut un grand soulagement d'entendre que du moins les Vénitiens avaient pu se reprendre grâce à une vaillante troupe de mercenaires. La situation resta néanmoins très tendue jusqu'a ce que la bannière autrichienne put flotter sur toutes les forteresses du Krain. Albrecht comptait alors envahir l'Istrie, mais dut rapidement se raviser et marcher vers le Tyrol lorsqu'on lui fit part de la perte du Trentin. Les troupes du landgraviat s'étaient même enhardies au point d'assiéger Lienz!

C'était trop provoquer Albrecht, qui pouvait se permettre de ne laisser qu'une maigre garnison au Krain après la défaite totale des Aquiléens face aux mercenaires vénitiens. Arrivé devant Lienz, l'archiduc constata que ce n'était qu'une misérable bande de soudards qui se trouvait devant lui. Le baron de Samartán demanda l'honneur de balayer ces petites gens de la place, ce qu'Albrecht lui accorda, sachant que son sang hongrois le prédestinait à accomplir pareille tâche avec adresse et bravoure. La nouvelle de la victoire autrichienne provoqua un remous dans tout le Saint-Empire. Les troupes de l'Empereur avaient été battues!
Image
L'Empereur n'était toutefois pas présent sur place, il avait délégué le commandement à son fils Ruprecht, qui assiégait Trévise avec le gros de l'armée hessoise, profitant de l'absence des Vénitiens, occupés dans le Frioul. Albrecht n'avait cure de ce siège et préféra libérer le Trentin, tout en bousculant le corps de la ville de Kassel qu'il avait rencontré une première fois devant Lienz.

Une grande bataille eut lieu dans la vallée de l'Isel lorsque les hommes d'Antonio Ier y fit front avec le corps de Kassel. Les très nombreux chevaliers qui servaient l'archiduc eurent tôt fait de briser le moral des infâmes. Leurs prouesses furent telles qu'après avoir vu plusieurs centaines de têtes tomber et le ban de paysans armés fuir, les nobles restants s'en remirent à la grâce de Dieu et s'avouèrent vaincus. L'armée ennemie avait été complètement annihilée, à la grande joie de l'archiduc, qui fit tenir banquet et se montra fort généreux.
Image
Les téméraires poliorcètes de Gießen encoururent un sort similaire alors qu'ils voulurent faire violence à la cité de Linz. Ces victoires gonflèrent la renommée de l'Autriche, pourtant Albrecht restait soucieux. Il devenait de plus en plus difficile d'obtenir de ses vassaux les hommes nécessaires à recompléter ses rangs. Il se devait de finir la guerre rapidement, et pour ceci il fallait vaincre l'armée principale de Hesse.

Pour financer la guerre, il avait prévu de s'aider du commerce. Bien qu'il s'agissait là d'un métier digne de mépris, les basses populaces bourgeoises s'y adonnaient avec joie, et force était de constater que les taxes qu'ils payaient étaient d'une grande aide. Albrecht IV décida donc d'accorder une protection privilégiée aux bourgeois, qui se trouvaient sous sa tutelle à l'étranger et ainsi à l'abri de querelles judiciaires trop honteuses. Ce signe de confiance encouragea beaucoup de sujets à se lancer dans l'aventure du commerce, au plus grand profit du trésor!
Image
La guerre continuait avec son lot d'incertitudes, et si Aquileia montrait désormais de sérieux signes de faiblesse après la défaite écrasante qu'avait infligé Albrecht à deux de ses contingents, la Hesse se montrait toujours d'humeur au combat. Pire! Barnabas Ier avait rejoint ses troupes à Trévise et défiait Venise à ses portes!

Cette dangereuse situation ne put pourtant motiver Albrecht à voler au secours de ses alliés, car il avait affaire aux Hessois plus au Nord. Ruprecht y avait rassemblé une nouvelle armée, qu'il fallut poursuivre jusqu'en territoire bohémien pour en obtenir la reddition. La série de victoires autrichiennes se poursuivait, sans bataille décisive toutefois.
Image
Le temps était venu de défier Barnabas à Trévise, cité assiégiée en vain depuis des années. Les écus scintillants se firent face à San Biagio di Callalta, près de l'abbaye. Tous étaient là, tous les fidèles que les deux monarques avaient pu gagner à leur cause. Le baron de Samartán et sa cavalerie lourde hongroise, le bourgmestre de Palpise et ses redoutables archers, le vicomte Ahecio de la forteresse de Civezzano et ses rudes soldats, ainsi que le chevalier Greiff de Wolfsberg, et tant d'autres! Ensemble ils purent tailler une brèche de vive main parmis les épéistes de Darmstadt, qui faisaient pourtant fière allure. Des porteurs de hache furent sitôt écrasés sous les sabots des chevaux de l'archiduc, et il fallut au final bien peu de combats pour que les nerfs de l'Empereur plient sous l'immensité de sa tâche. De son cor doré il sonna la retraite, qui signifiait la victoire pour les Habsbourgs!
Image
Désormais l'ennemi était bien trop démoralisé pour opposer grande résistance, la guerre semblait gagnée! Le Tyrol se rallia vite à l'archiduc et Barnabas souffrit la défaite lors de nombreuses escarmouches. Des renforts de Styrie atteignaient la côte dalmate, scellant le sort d'Aquileia. Au beau milieu de ce tumulte vient la demande de nos alliés génois de mener une croisade contre les mahométans de la Horde d'Or.
Image
Albrecht y réfléchit deux soirées entières puis consentit à mener cette guerre. Elle lui apporterait grand prestige et ne lui coûterait qu'un soutien moral en cas de victoire. Une déroute pourrait cependant ternir son prestige. Prendre cette responsabilité n'en était pas moins une question de devoir pour un homme de pouvoir comme lui.

Mal lui en prit! La République de Venise y vit une raison de plus de hâter la paix, et ne se préoccupa plus de gains. Elle s'accorda au status quo ante bellum avec Aquileia et l'Empereur, ignorant toutes les victoires acquises. L'honneur de l'archiduc en sortit grandi et l'affront à la Vénétie était lavé, mais Albrecht n'en garda pas moins un goût de cette guerre, qui lui avait apporté tant de succès et si peu de résultats!
Image

Répondre

Retourner vers « AAR Europa Universalis et EU Rome »