Le Quartier Général

Benzo.net 'canal historique'
Nous sommes actuellement le Lun Juil 23, 2018 12:54 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: AAR Castille / Espagne
MessagePublié: Lun Nov 01, 2004 5:52 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
Et me voilà de retour. Après avoir dirigé la Très Sainte Russie (mon premier AAR, 1419-1750, posté jadis sur feux Benzo, paix à ses cendres, et qui ne subsiste plus que dans les fins fonds de mon disque dur : sic transit gloria mundi), voici un deuxième essai, avec la Très Catholique Castille / Espagne : Ad Maiorem Gloriam Dei.

Patch 1.08, grande campagne, AGCEEP. Pas de casus belli, pas de guerre et la surprise initiale est donc mauvaise : contrairement à la Moscovie, qui doit s’étendre au plus vite, la Castille ne dispose d’aucun CB ! Mais le pays est incontestablement plus riche et plus puissant : pas de Vassili I l’Affamé ici. :wink:


1419- 1434. Jean II règne, Don Alvaro de Luna gouverne

Fils et successeur de Henri III, proclamé roi à l’âge de 22 mois, Jean II n’a jamais voulu être roi : lui, il désirait être acteur. La destinée l’ayant poussé sur ce maudit trône, le malheureux, son brillant avenir théâtral brisé, n’est que trop heureux de confier à son oncle Ferdinand le soin de gouverner la Castille : celui-ci colonise massivement les canaries et refuse les alliances militaires que lui proposent le Portugal puis l’Aragon. Jaloux et excédé de l’influence prédominante de son frère aîné Alphons, son plus jeune fils, Henri, lance l’assaut avec quelques compagnons de beuverie contre le palais royal et capture Jean II en 1420. Le Roi parvient finalement à s’enfuir, avec l’aide de son tuteur, Don Alvaro de Luna, et fait emprisonné Henri le traître.

Ferdinand, soupçonné de complicité ave son fils, est disgracié et le royaume sombre aussitôt dans l’anarchie (stabilité –3). Un noble puissant et influent, mais à moitié fou, profite de l’occasion pour tenter un coup d’état : Alvaro le fait exécuter et confisque ses domaines au profit de la couronne (stabilité – 2, risque de révolte +10 pour 12 mois, mais centralisation +1 et aristocratie –2). Impressionné par la pugnacité inattendue de son tuteur, Jean II le nomme connétable de Castille et l’impose à une noblesse plus que réticente (stabilité –2, risque de révolte +4 pour 10 ans). Le royaume infidèle de Grenade profite des révoltes qui secouent la Castille pour briser en toute impunité sa vassalisation. La répression s’abat néanmoins, féroce, contre les musulmans du royaume : leur conversion est obtenue par la force en Andalousie, mais les missionaires castillans échouent en Murcia.

Les technologies du commerce t de l’infrastructure progressent, des percepteurs sont nommés, mais un noble supplémentaire tente un coup d’état : il est décapité et sa famille dépouillée. On ne transige pas avec le trône ! Face au mécontentement (risque de révolte +24 !!), Alvaro de Luna reste intraitable et les rebelles sont massacrés dans le sang. Inflexible, le connétable refuse de céder les Canaries au Portugal, comme l’exige pourtant le Pape. Finalement, après avoir encore favorisé le libéralisme commercial, Alvaro, haï par toute la noblesse castillane, cède à la tension nerveuse et part prendre un repos bien mérité dans ces îles des Canaries qu’il aime tant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Lun Nov 01, 2004 5:54 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
1434-1450. La guerre contre Grenade et le déclin de l’influence d’Alvaro

Le prince de Grenade, qui n’a pas pris conscience du redressement opéré par Alvaro, n’hésite pas à insulter publiquement Jean II, histrion raté et acteur ridicule selon lui. L’avis d’un hérétique importe peu au Roi, mais son fils, le bouillant Henri, refuse de laisser passer l’injure et franchit la frontière avec ses troupes « pour ramener à mon père la tête de cet impudent infidèle ». Afin de légitimer l’action de ce jeune chien fou, qui reste son fils, Jean II accepte de déclarer la guerre à son ancien vassal. Alvaro de Luna se précipite au palais, mais le mal est fait : lui qui voulait éviter toute guerre doit à présent prendre la tête des armées.

Le royaume de Grenade, entièrement conquis, capitule en 1437 : la vassalisation est rétablie. Le sultan d’Alger réagit en envoyant un torrent d’injures au Roi : Alvaro parvient in extremis à stopper le prince Henri, qui cherchait à s’embarquer avec ses gardes sur les vaisseaux de guerre castillan « afin de rapporter à son père les pieds et les mains de cet impudent infidèle ». Les nobles se massent derrière le jeune prince et exigent la décapitation du connétable, « vendu aux Maures ». Jean II refuse d’entrer en guerre mais éloigne son fidèle ministre, qui retourne dans les Canaries (stabilité –1), qu’il fortifie massivement (fortifications à peine terminées et en voilà des supplémentaires par événement ! Les îles deviennent la région la mieux protégée de Castille). L’exil est de courte durée, un soulèvement paysan (stabilité –3) décide Jean à rappeler son ancien tuteur : « un homme à poigne qui jamais ne cédera », mais, dans un rare moment d’autorité, exige la réconciliation de ce dernier avec son fils et successeur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Lun Nov 01, 2004 5:55 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
1450-1454. La guerre contre le Maroc et la chute de Don Alvaro de Luna

Le partage du pouvoir se passe très mal : Henri le hargneux réagit de nouveau très mal à une insulte publique du sultan marocain, qui le compare à un chameau en rut, et déclare la guerre à l’infidèle « afin de rapporter à son père la virilité de cet impudent infidèle »,soutenu par les nobles et le clergé, qui tous deux adorent casser du musulman. Excédé, le connétable, avec l’accord du Roi, flanque Bianca de Navarre dans le lit du prince, se disant qu’ainsi il aura enfin la paix. Prenant la tête des armées, Alvaro mène ensuite une guerre de deux ans contre le Maroc qui, entièrement conquis, capitule enfin en décembre 1452 : la vassalisation de l’infidèle est acquise.

Contrairement aux espoirs du vieux ministre, le prince Henri ne consacre pas toute son énergie à sa jeune épouse, mais prend une fois de plus la tête de l’opposition, qui claironne qu’un bon musulman est un musulman mort. Épuisé et malade, Alvaro l’inflexible remet son sort entre les mains de son vieil ami, le roi Jean II... et celui-ci, nullement reconnaissant des brillants efforts consentis par son tuteur depuis trois décennies pour le bien du royaume, l’abandonne et cède à l’opposition : Alvaro de Luna est décapité en pleine nuit, sur la glaciale place royale...

L’anarchie s’installe aussitôt (stabilité –2) et le vieux roi ne peut que constater, effaré, les conséquences de sa lâcheté et de son ingratitude : son fils Henri, à qui il a désormais confié le soin de gouverner, semble être un parfait incapable. N’ayant toujours pas obtenu d’enfant de son épouse, il demande le divorce, affirmant que Bianca de Navarre est totalement stérile et si moche que même un prisonnier, après 15 ans d’isolement complet, n’en voudrait pas pour tout l’or du monde. L’image de la monarchie castillane continue à s’effilocher quand le prince fait défiler de nombreuses prostituées, qui affirment qu’Henri est un bacchus des temps modernes et l’homme qui, de tout le royaume, sait le mieux donner du plaisir aux femmes... Les partisans de la reine, eux, font savoir qu’Henri est complètement impuissant et font défiler les médecins du palais, qui affirment que le prince est physiquement incapable d’engendrer. Le divorce est finalement obtenu, la stabilité (-2) et les relations avec la Navarre (-100) s’effondrent. Jean II compare alors l’image que ses sujets et l’étranger avaient de la dynastie castillane à la mort de son père, Henri III, et la situation actuelle : le Roi acteur, après quelques instants de réflexion, est tellement mort de honte...qu’il en décède. Son fils Henri, ravi, lui succède : il peut enfin s’asseoir sur ce trône qu’il convoitait depuis 20 ans.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Lun Nov 01, 2004 8:10 pm 
Hors-ligne
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 7:47 pm
Messages: 5402
Localisation: Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.
Amusant :D .
J'avais déja lu avec plaisir tes aventures russes , je suivrais les espagnoles :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Mar Nov 02, 2004 9:25 am 
Hors-ligne
Prince aux sandales d'argent
Prince aux sandales d'argent
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 7:50 pm
Messages: 9065
Localisation: République bananière
Oui moi aussi je n'est pas oublié l'AAR Russe ! :ok: sympa d'être revenu :)

_________________
Reste à avoir bon cœur et ne s'étonner de rien (Henri II)

AAR Décisive battles :Fall Gelb 1940


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Mar Nov 02, 2004 6:20 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
Merci pour ces encouragements, j’espère bien continuer cet AAR et aller aussi loin dans ma partie qu’avec la Sainte Russie ! En tout cas, pour le moment, entre l’opposition à Alvaro de Luna et les frasques d’Henri IV (surnommé l’Impuissant, je n’invente rien :wink: ), j’ai été plutôt servi ! J’espère que l’avenir sera un peu moins sombre pour la glorieuse Castille/Espagne (je connais très mal les futurs événements). Je regrette en tout cas de n’avoir pas profité de l’insulte diplomatique de l’Algérie pour vassaliser ce royaume infidèle (Grenade et le Maroc fournissent 8 % de mes revenus).

Coelio, j’espère que ce bien modeste AAR t’incitera à continuer tes glorieuses chroniques françaises car là, cela deux semaines que tes nombreux fans attendent ! On veut la suite ! :D

(Non, non, je ne dirai pas que je me suis fait taper sur les doigts par un des grands maîtres du forum pour ‘revenir’, m’inscrire en fait car je passais déjà tous les jours depuis sa création ou presque : nooooon, je n’ai rien dit, grâce, gra... aaaargl )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Mar Nov 02, 2004 6:47 pm 
Hors-ligne
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 7:47 pm
Messages: 5402
Localisation: Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.
Ben euh...en fait....c'est à dire que.....

J'ai formaté ( forcé ) et donc ben la save a plu mais boneuh je suis gentil quand meme et je vous ferais un aar quand je trouverais un jeu qui acceptera de marcher chez moi :roll:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 06, 2004 4:38 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
Houhou! Une meute de fans en délire gémissent et pleurent en apprenant cette horrible nouvelle (déjà que la fin prématurée de tes lumineuses chroniques de Sicile avaient quasi déclenché une émeute...). Suite de mon modeste AAR néanmoins:


1454-1464. La mauvaise croisade contre les Infidèles

Le Portugal, puis l’Algérie et son allié tunisien déclarent la guerre au Maroc, un vassal, ce qui offre à Henri IV le casus belli qu’il désirait tant : »Ce couard d’Alvaro n’est heureusement plus là pour m’empêcher d’établir la suzeraineté castillane sur toute l’Afrique du Nord ! Les Infidèles doivent se soumette ou être exterminés ». Le Roi très catholique ne vole pas au secoure de son vassal marocain, il profite juste d’une bonne occasion, affirme Jeanne, la nouvelle épouse du Roi. Les mauvaises langues prétendent que la Castille va surtout permettre au Portugal de vaincre seul le Maroc... Grenade casse sa vassalisation, mais cela ne détourne pas Henri IV de son objectif principal : la guerre est déclarée, l’armée débarque à Oran et repousse les infidèles.

Pourtant, la simple promenade militaire devient rapidement une guerre totale et difficile : les cavaliers maures reviennent sans cesse charger les troupes castillanes, qui fondent comme neige au soleil et ne peuvent recevoir aucun renfort, les flottes barbaresques infligeant défaites sur défaites aux fiers marins catholiques. Excédé et humilié, le Roi dépense sans compter pour combler les pertes navales et prendre enfin le contrôle de la méditerranée occidentale. Après trois ans de combats acharnés, la victoire navale est enfin acquise : les flottes algériennes et tunisiennes n’existent plus. Le sultan d’Alger offre alors trois provinces à la Castille et ses plus plates excuses pour les injures passées. Mais Henri IV veut obtenir la vassalisation, pas des provinces définitivement hostiles et, la sécurité des mers enfin assurée, des hordes de renforts déferlent, qui balayent tout sur leur chemin : l’armée marche sur Tunis et Tripoli, laissant derrière elle des meutes d’infidèles crucifiés sans pitié.

Les sultans ne peuvent rien faire contre cette avalanche et leurs deux royaumes sont entièrement conquis en 1461 : la Tunisie accepte la vassalisation... mais cette option est impossible pour l’Algérie !!! ( Bouhouhou, cela n’arrive qu’à moi. Pourquoi certains pays ne peuvent être vassalisés de force ? Et comment le savoir avant d’entrer en guerre ?). Les conseillers du monarque se déchirent : les uns pressent celui-ci d’accepter les 5 provinces que propose le sultan d’Alger, les autres s’y refusent, arguant que ces régions, de culture et de religion différente, n’apporteront strictement rien à la couronne si ce n’est beaucoup d’ennuis. « Mais tout ce sang versé ? Ces dépenses faramineuses ? » « Cette croisade était la mauvaise guerre, au mauvais moment, au mauvais endroit et pour de mauvaises raisons. N’empirons pas les choses ». Humilié, Henri IV se souvient de la gifle cuisante que lui avait donné Don Alvaro de Luna après l’avoir intercepté alors qu’il partait avec ses gardes attaquer l’Algérie : le vieux conseiller avait bien raison. Attaquer l’Algérie était une erreur et le Roi doit se contenter de quelques miettes, 75 ducats et l’accès militaire, qui ne compenseront pas l’effort consenti pour vaincre.

Le peuple et les nobles se soulèvent en apprenant les gains misérables : tant de sang versé pour si peu ! Le bon peuple exige la destitution d’Henri IV, qui sera remplacé par son demi-frère, Alphonse. Jeanne du Portugal, avec laquelle le Roi a mené débauches sur débauches, donne alors naissance à une fille, Jeanne, immédiatement reconnue par Henri, mais l’opposition rappèle haut et fort que, le Roi étant selon eux incapable de procréer, il ne peut en être le père et la malheureuse enfant est aussitôt surnommée ‘la Beltraneja’, du nom du père supposé : un petit noble de province, Beltraco de la Cueva, avec qui la Reine aurait... passons les détails :wink: . La révolte gronde : stabilité – 4, risque de révolte +3 pour trois ans et la corruption n’y arrange rien (stab –1).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 06, 2004 4:39 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
1465-1474. L’anarchie s’installe

Le Roi tente vainement de reprendre la situation bien en main, mais les événements s’acharnent contre lui : le Maroc casse sa vassalisation et les nobles décident d’en faire de même ! Le royaume sombre dans le chaos, les nobles se battent entre eux et certains se choisissent un nouveau souverain, Alphonse, proclamé Roi en 1465 (stab-2, risque de révolte...). Les armées royales luttent pour rétablir l’ordre, Henri IV continue à favoriser le libéralisme, mesure déjà préconisée par l’ancien ministre Alvaro de Luna.

Enfin, Alphonse décède d’une maladie mystérieuse et les rebelles n’ont alors plus que deux solutions : ou accepter Jeanne ou supporter Isabelle, la demi-soeur du Roi, mais celle-ci refuse d’être proclamée reine tant qu’Henri sera vivant. « Un Roi, un Royaume » affirme Isabelle (certains y voient une incitation à assassiner Henri...). Le Roi saute sur l’occasion et négocie avec sa demi-soeur et les rebelles : le pacte de Guisando est finalement signé. Le Roi reconnaît Isabelle comme héritière du trône et met ainsi fin à la guerre civile. Mais le pacte stipule que, si Isabelle pourra choisir elle-même son mari, celui-ci devra recevoir l’approbation du Roi. Celui-ci, poussé dans le dos par sa femme, tente alors d’arranger un mariage royal avec Alphons V du Portugal... Isabelle a une autre idée en tête et prend la fuite, se mariant avec Ferdinand, héritier du royaume d’Aragon. Le Roi, furieux, annule le pacte de Guisando et sa fille Jeanne redevient l’héritière officielle (stab –3, révolte +5 pour 4 ans). Le temps des troubles n’est décidément pas terminé...

Henri signe ensuite une alliance militaire avec l’Aragon, Naples, la Toscagne, la Navarre et les États du Pape, exigeant de son allié aragonais que Isabelle lui soit livrée, enchaînée et préalablement flagellée. Ferdinand s’y oppose naturellement et fait appel au Pape, qui impose une réconciliation : Henri IV obtient l’absolution pour ses nombreuses débauches et fait à nouveau en échange d’Isabelle son héritère. La survie de son âme assurée, le Roi fait un triste bilan de son règne, pas plus brillant que celui de Jean II, son père : il décède en se disant que, décidément, il aurait peut-être mieux fait de soutenir Alvaro de Luna au lieu de s’opposer sans cesse à lui et d’obtenir finalement son exécution...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 1:57 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
1476-1495. Croisades et inquisition : Isabelle I règne par le fer, le feu et le sang

La nouvelle reine de Castille, à peine sur le trône, fait le serment de ne plus jamais laisser la Castille sombrer dans l’anarchie, comme ce fut trop souvent le cas les décennies précédentes : un pouvoir royal fort et impitoyable, voilà ce qu’elle promet. Son caractère intransigeant inquiète ses plus proches conseillers, qui poussent au mariage officiel avec le mari qu’elle s’est choisi, Ferdinand II d’Aragon (Alvaro de Luna avait tenté la même chose avec Henri IV, avec des résultats décevants...) : c’est chose faite en 1477, à Valladollid (vassalisation de l’Aragon).

La Tunisie profite de l’occasion pour briser sa vassalisation : Isabelle I, toujours en robe de mariée, enfourche aussitôt son destrier et, sabre au poing, prend la tête des armées castillanes (quelle famille...). Avant d’embarquer pour Tunis, elle trouve encore le temps d’envoyer promener le légat du pape : Isabelle la Très Catholique refuse le traité d’Alvavara élaboré par sa Sainteté : »La Castille ne cèdera jamais ses terres. Les Canaries sont et resteront à nous, que les Portugais aillent brûler en enfer si cela ne leur plait pas. Et maintenant, sus aux Infidèles ! ». Tunis tombe rapidement, le Sultan renouvelle sa vassalisation et verse 200 ducats pour le dérangement qu’il a causé.

La reine victorieuse revient à Tolède, où elle apprend que les Maures ont capturé Zahara, près de Grenade. La mobilisation générale est décrétée, Isabelle fait le serment de ne pas changer de vêtements tant que tous les musulmans n’auront pas été entièrement chassés d’Ibérie. Galvanisés par la reine, les troupes écrasent l’opposition et prennent Grenade d’assaut : l’émir capitule et cède Gibraltar + 200 ducats d’indemnités. Furieuse de n’avoir pu anéantir pour cette fois ce royaume impie, Isabelle s’enferme longtemps avec son confesseur, Tomas de Torquemada. Celui-ci est nommé Grand Inquisiteur et des lois sont promulguées : l’inquisition prend officiellement forme, les tortures sont autorisées et même encouragées pour obtenir les aveux et conversions des non-catholiques. :?

D’un tempérament moins sanguinaire et moins brutal, Ferdinand II supervise la construction d’une raffinerie en Andalousie, favorise le commerce et reçoit avec bienveillance un génois un peu fou : un certain Christophe Colomb, qui lui propose d’atteindre les Indes par l’ouest. Une commission d’ecclésiastique réunie par le roi donne un avis négatif, pointant le manque d’informations et l’argent requis, mais Ferdinand s’obstine : il ne veut pas que l’Histoire ne retienne de son règne que le nom de sa femme, militairement très active :wink: .

Cette dernière n’accorde pas la moindre attention au génois et, la paix forcée terminée, reprend la guerre contre Grenade, définitivement annexée en 1490. L’Algérie annexe alors le vassal tunisien et la reine réagit immédiatement : nul ne touche impunément à un vassal de la Castille. Que la Tunisie était un royaume infidèle importe peu : il versait un tribut à la couronne de Castille et avait prêté serment de vassalité. On ne badine pas avec le pouvoir royal rappèle Isabelle. Et, afin d’éliminer toute cinquième colonne, Torquemada, avec le soutien de la Reine, décide, après avoir déjà expulsé les Juifs du pays, de s’occuper des musulmans du sud du royaume : l’inquisition se déchaine. Les infidèles sont convertis de force puis exécutés ou réduits en esclavages, le fanatisme religieux devient la norme en Espagne.

Après 3,5 ans de guerre, Tripoli et l’Algérie sont vassalisés : Isabelle a réussit là où Henri IV avait lamentablement échoué. Mais la découverte des Amériques par Colomb va réorienter la politique espagnole : Ferdinand réussit à convaincre son épouse que là se trouve l’avenir du royaume : »Des indigènes non-catholiques à convertir, n’est-ce pas la mission divine du pays ? ».


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 1:58 pm 
Hors-ligne
Empereur spammique
Empereur spammique

Inscrit le: Lun Nov 01, 2004 5:47 pm
Messages: 2789
1496-1515. La colonisation commence

Les Rois Catholiques louent les services d’Amerigo Vespucci puis de Juan de la Cosa et Pinzon : les découvertes se succèdent, une première colonie est fondée à St-Martin. Seville devient le port principal pour le commerce avec les colonies, recevant le monopole des échanges avec ces dernières (gain d’un centre de commerce et d’un chantier naval en Andalousie !). quelques juges sont nommés en Espagne, des cités succèdent aux colonies à Dakar, au Delaware, Rio Grande et Carthagena. En 1514, une colonie est fondée à Monterey, sur la côte ouest des USA : l’océan pacifique est atteint !

Le traité de Tordesillas officialise le partage du monde entre l’Espagne et le Portugal (qui lorgne toujours sur les Canaries) : Dakar étant dans la zone portugaise, des fortifications y sont rapidement érigées. Les banquiers Fuggers reçoivent la mission de gérer les finances du pays, avec un succès très limité : la corruption frappe et oblige les souverains à souscrie un emprunt.

En Europe, un pays est surveillé de plus en plus près : la France, qui a annexé Gènes, la Savoie, le Brabant, la Lorraine, la Bourgogne, chassé l’Anglais du continent et même conquis le Wessex et le Kent ! Si la Castille n’a pas encore de frontière commune avec ce pays arrogant et cupide, il n’en va pas de même pour notre vassal aragonais, qui tient solidement le Roussillon, revendiqué par les Français. Mais se soucier de ce qui se passe en Europe sera la mission du successeur des Rois Catholiques, dont le règne se termine et qui fut des plus correct : vassalisation de l’Afrique du nord, colonisation massive et unification bien commencée de toute l’Ibérie. Ad Maiorem Gloriam Dei Reique


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 2:06 pm 
Hors-ligne
Eco-Citoyen
Eco-Citoyen
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Août 21, 2004 12:37 pm
Messages: 16409
Localisation: Le XIXème (Siècle, pas arrondissement)
Un ptit screen m'sieur! A vôt bon coeur!

_________________
Vous pensez tous que César est un con? Vous pensez que le consul et son conseiller sont des cons? Que la police et l'armée sont des cons? Et vous pensez qu'y vous prennent pour des cons? Et vous avez raison, mais eux aussi! Parce que depuis le temps qu'y vous prennent pour des cons, avouez que vous êtes vraiment des cons. Alors puisqu'on est tous des cons et moi le premier, on va pas se battre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 8:52 pm 
A vôt service mon prince


L'Espagne en 1523. Les agrandissements viennent essentiellement d'héritages via événements, je conquiers en effet très peu (rien à voir avec l'extension forcenée de la Sainte Russie :wink: )


Image



Et l'empire colonial à la même époque (pas énorme, mais avec de nombreuses cités, sans oublier Dakar et Monterey, non visible ici)


Image


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 8:55 pm 
Hors-ligne
L'Abbé voyeur
L'Abbé voyeur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Août 17, 2004 7:47 pm
Messages: 5402
Localisation: Une abbaye bien entendu. Paris, sinon.
Question ete peut etre: Les autres nations ont commencé à coloniser?
On n'en voit pas trace mais peut etre en Asie ou en Amsud?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: Sam Nov 13, 2004 10:46 pm 
Hors-ligne
El Administrator
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Dim Août 15, 2004 7:49 pm
Messages: 1012
Localisation: Château des Simileonides, Wessex, Angleterre
Et Naples n'est elle pas tombée dans ton escarcelle ? c'est une possession aragonaise non ?

_________________
Lord Simileon, Administrateur


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Bing [Bot] et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Sauter vers:  
POWERED_BY
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr